Traits poitevins, carrières de Calcaire et “La Force Tranquille”

Comme à chaque réalisation de séance pour le projet Force Tranquille, je vous propose de découvrir le récit de ces aventures un peu hors normes. Voir une photographie c’est une chose mais faire accompagner une histoire avec c’en est une autre. Cette séance hors norme a une histoire et je m’en vais vous la conter. Comment donc des chevaux de traits poitevins se sont retrouvés dans les carrières souterraines de Saint Même les Carrières…

Un photographe, un journaliste, un article de presse

Pour revenir à comment j’ai réussi à réaliser une séance avec des chevaux de traits dans les carrières souterraines de saint même les carrières il faut revenir au début du projet. A ce moment j’envoyais tous azimuts de courriers dans le but de décrocher des autorisations, voire des recommandations sur des lieux insolites de Poitou Charente. J’avais donc tenté d’envoyer un courrier à Charente Libre pour savoir s’ils seraient en mesure de me donner un pti coup de pouce. Résultat cela a fini par une rencontre suivi d’un article. Dans cet article je faisais référence à mes recherches avec entre autre une mention pour des carrières souterraines. En effet les carrières de calcaire sont quelque chose que je trouvais important d’avoir. C’est un élément important du patrimoine, des endroits qui ont vu passer nombre d’ouvriers de par la région pour l’extraction de pierre calcaire. Cependant et avec le temps ces endroits se sont vu condamnés ou reconverti en endroit de stockage voire abandonné. Mais c’était sans compter sur Bernard Marceau, maire de la commune de Saint Même les Carrières, puits de savoir des lieux et fervent défenseur du patrimoine de sa commun, qui allait au travers d’un mail m’offrir la chance incroyable de pouvoir réaliser cette séance incroyable

La visite des lieux, des plafonds incroyables, un lieu formidable

On s’était donc rencontré un peu avant que je réalise la séance au château de Cognac. Un repérage qui m’a montré à quel point ce lieu avait du potentiel. Mais qui disait potentiel disait aussi un défi technique incroyable. Un lieu chargé d’histoire, graphiquement surprenant. Tout réside dans le fait de rentrer, de lever les yeux et se dire que la main de l’homme a façonné cet endroit de façon manuelle voire mécanique.  L’affaire était entendue : je voulais réaliser la séance. Un lieu de ce type avec une mémoire aussi ancienne il fallait que je l’intègre.

Elevage Marciquet, et promenade dans les terres du cognac

J’ai donc recruté pour réaliser cette séance. J’ai donc kidnappé avec un peu de mal pour réussir à les rassembler : Sébastien et Pierre Antoine. Propriétaires respectifs d’Omer des Métairies l’étalon de Sébastien, désormais un senior, avec ma foi encore bourré de charisme pour en imposer, et carambar étalon de trait poitevin… La spécificité de carambar c’est sa robe alezan crin lavé. Un robe assez peu commune il faut le reconnaitre. Comme ces messieurs avaient carte blanche ils sont venus avec Uzès, un autre Poitevin et Mélody qui le présentait en main. Trois humains, trois chevaux. On tenait là un trio d’enfer. Après un petit moment à se courir après pour faire arriver tout le monde à bon port on a commencé à s’installer puis à shooter. On avait emmené dans nos valises, Angélique, une consœur photographe de mariage qui désormais me suis systématiquement dans mes aventures poitevines, et notre miss Poitou-Charentes. L’occasion  était parfaite pour pouvoir réaliser des images inédites dans ce lieu

Flash, immensité de pierre et chevaux de traits poitevin

Malgré le lieu formidable je ne pouvais me permettre de faire prendre de risques à qui que ce soit. Hors de question donc de descendre dans les bas-fonds des carrières avec le risque de chute, en raison de la très faible luminosité voire le noir total de ces étages inférieurs. Mais qu’importe. J’avais repéré trois spots intéressant. J’ai donc commencé mes premières prises de vue en faisant passer chaque cheval à tour de rôle. Exercice compliqué car il fallait aussi mettre en scène le cavalier. Pas question de détacher qui que ce soit ou encore de ruser pour pouvoir laisser un peu de longe et permettre au cavalier de se cacher. L’occasion aussi de mettre de « l‘humain » sur ces images. Une fois n’est pas coutume. Grâce à ces chevaux tous terrains et à mes cavaliers au top on a même pu improviser une séance sur cette « scène » de pierre. Les chevaux ont réussi à monter dessus via un passage assez étroit et le tout sans broncher. Je vous rassure tout a été réalisé avec le plus grand soin et sans faire prendre de risques à qui que ce soit. Qui a dit que les traits étaient maladroits et lourd ? J’ai vu des masses de 800kg se mouvoir comme de vraies danseuses étoile et avec l’accompagnement patient de leurs cavaliers. Résultats ? Des photos superbes…

 Flash, ambiance et éclairage. Les carrières devenues studio photographique

La grosse difficulté fut de réussir à éclairer l’endroit. En effet c’est comme un immense studio sans le côté pratique : des plafonds d’une hauteur incroyable, un sol inégal bref pas facile de composer pour éclaire, faire tenir le flash, et créer une ambiance sans dénaturer de trop le lieu. Mais sans contraintes point de défi. Comme d’habitude ce n’est qu’après la bataille et une fois rentré que j’ai constaté les erreurs que j’avais commises et les possibles pistes que j’aurais pu creuser pour optimiser mes prises de vue mais aussi réaliser des images différentes. Comme toujours c’est beaucoup plus simple d’analyser après coup. Mais qu’importe j’avais ramené dans ma besace des images telles que je les voulais. La frustration me suivra toujours car je reste un éternel insatisfait. On ne se refait pas… Je râle mais cela n’enlève aucunement le plaisir que j’ai pu tirer de cette après-midi.

Une après-midi éclair, et des gens passionnés

On a terminé donc cette après-midi passée comme un éclair dans le bas des carrières me laissant encore frustré tellement l’endroit regorgeait de possibilités, mais c’est le problème avec un projet comme celui-là : on en veut encore et toujours plus. La seconde partie accessible aisément des carrières proposait des prises de vue encore plus incroyable. Mais qui dit incroyable dit aussi difficulté et risques potentiels. Sans oublier le facteur temps. Il faut aussi penser aux chevaux et aux équipages qui ont bravement sillonné les routes de Charente pour venir réaliser cette séance. Et rien que pour cela je les remercie énormément. Les membres de l’association des races mulassières sont très éloignés les uns des autres, ils ne sont pas non plus légion et très souvent c’est réalisé sur du temps personnel, avec des moyens personnels.

Merci à tous !

Je remercie Bernard Marceau, maire de la commune pour avoir aussi su répondre à mes demandes, dégager du temps pour nous permettre de venir réaliser la séance photo un dimanche après-midi. Il connait les lieux comme personne et se révèle être un érudit incroyable quant à l’histoire des lieux et ses anecdotes. Espérons que les pouvoirs publics se pencheront un jour sur le potentiel touristique de cet endroit. C’est un endroit chargé d’histoire qui mériterait qu’on s’y penche. Merci à Sébastien, Mélody Et Pierre-Antoine pour avoir fait tout ce chemin pour me suivre dans mes péripéties. Tout comme je remercie ma compagne pour supporter mes folies équestres. Merci à Angélique de me suivre à chaque fois, merci  à Marion Sokolic, notre miss Poitou-Charentes pour nous avoir accompagnés. Merci aux correspondants de Sud-Ouest et de La Charente Libre pour leur article sur la séance. Les médias sont des vecteurs d’information indispensable pour faire voyager ce travail. Je les remercie donc énormément de répondre à chacune de mes sollicitations.

Photos d’illustration : Abel Andrieux

Force tranquille : une séance photo hors normes dans le Château Royal de Cognac !

Il y a quelques temps naissait le projet de réaliser une séance photo dans la salle de garde du Palais Royal de Cognac : le Château Otard. Un lieu prestigieux qui vu naitre François 1er. J’avais osé démarcher l’équipe du château pour pouvoir réaliser une séance pour mon projet Force Tranquille. Je n’osais imaginer pouvoir décrocher l’autorisation de faire rentrer un cheval de trait poitevin dans ces murs. Pourtant grâce à une équipe formidable j’ai pu donner forme et corps à cette idée folle.

séance photo château royal cognac- force tranquille-franck simon, grain de pixel - photographie : angelique grip

Franck, Jeny et Braco. placement et organisation

Les calèches du Lysos et Braco, trait Poitevin

Pour réaliser cette séance originale ce sont les calèches du Lysos qui ont répondu présent. Myriam et Jean Marc ont en effet su répondre à mes recherches de candidats. Ils sont donc venus de la région bordelaise, malgré un emploi du temps incroyable. Ils étaient accompagnés de Braco Du Bât Poitou, imposant cheval de trait Poitevin de 850 kg et 1.86m au garrot, né sous le regard bienveillant de Didier Bernard, éleveur bien connu de Charente à Taizé-Aizie. Grâce à la gentillesse et le sens du service des agents de la Ville de Cognac j’ai pu bénéficier d’une zone de stationnement. Zone indispensable pour stationner le camion, mais aussi la calèche Victoria. Une voiture d’attelage de toute beauté prévue pour une séance photo sur les quais Hennessy en fin de journée.

force tranquille - franck simon - photographe équestre - graindepixel.fr

Braco sur les bords de la Charente – Quais Henessy

séance photo château royal cognac - force tranquille - franck simon - photographe équestre - graindepixel.fr - calèches du lysos pour la séance photo au chateau rotyal de cognac

Jean Marc et Myriam des Calèches du Lysos avec leur beau Braco du Bât Poitou

Préparatifs, journalistes, passants et cheval de trait poitevin

Durant la préparation Braco, absolument imperturbable, était attaché juste en bord de quai jouxtant la Charente. Durant toute la préparation ce fut le défilé des passants ébahis et surpris de voir un cheval de cette taille en pleine journée. Photos, caresses, regards curieux, photos à la volée. De quoi apporter une touche d’originalité et de surprise en ces lieux. Pendant ce temps j’ai eu l’occasion d’échanger avec Olivier Sarrazin, journaliste pour Sud-Ouest. Un moyen de présenter le projet, partager ma passion et mes motivations sur cette série folle et atypique. Une façon de pouvoir présenter la race, ses difficultés et les acteurs qui se battent pour sa survie dont l’association des races mulassières.

force tranquille - franck simon - photographe équestre - graindepixel.fr

Installation en bord de quai sur les contrebas du Château Royal de Cognac

force tranquille - franck simon - photographe équestre - graindepixel.fr

Jean Marc apprête Braco sur les quais Hennessy à Cognac.

interview avec sud-ouest Cognac par O.Sarazin, journaliste

interview avec sud-ouest Cognac par O.Sarazin, journaliste

Une entrée remarquée au Château Royal de Cognac

séance photo château royal cognac - grain de pixel - franck simon-photographe équestre-charente

L’attelage se mets en place pour entrer dans le Château royal de Cognac

séance photo château royal cognac-franck simon- photographe équestre-charente-grain de pixel

L’entrée de l’équipage dans le couloir menant au devant du château – crédit photo : journal sud-ouest

Pour faciliter la tâche, emmener les bagages, notre modèle du jour Jenny et ma consœur photographe Angélique Grip venue m’aider pour couvrir les coulisses de cette mémorable séance, Myriam et Jean Marc ont attelé la calèche. Pourquoi s’embêter avec la logistique quand on a une traction animale disponible 😀 ! C’est donc en réalisant une entrée fracassante dans le château où ce splendide équipage a su surprendre et séduire le cœur des visiteurs présent pour les visites guidées du château. Puis nous voilà parti pour descendre notre beau et fier modèle dans la salle de garde. Star d’un jour, notre Braco a décidé, le temps de quelques minutes, de jouer les caprices de star et refuser de rentrer : normal son public n’était pas encore prêt… Lorsqu’il a pénétré dans la salle, le bruit des sabots résonnant sous ces voûtes je vous assure que j’en avais des frissons. Non pas juste pour le fait de voir mon travail prendre forme après toutes ces semaines d’attente  mais aussi pour l’impression incroyable de voir pénétrer un cheval aussi splendide, si puissant dans un cadre aussi incroyable.

séance photo château royal cognac - force tranquille - franck simon - photographe équestre - graindepixel.fr - braco du poitou dans la cours du chateau royal de cognac

L’attelage des calèches du Lysos avec Myriam et Braco dans la cour principale du château royal de Cognac.

A l’entrée de la salle, Braco avait décidé de faire patienter son public – Crédit photo : Sud-Ouest

Flash, photo et cheval en liberté

Pour faciliter les choses j’ai laissé Jean Marc gérer Braco. Chaque meneur connait son cheval sur le bout des doigts. Ni une ni deux, il a préféré laisser Braco en liberté complète sans entraves ni filet. Notre beau Poitevin s’est donc promené dans la salle, puis a pris la pose telle une statue grecque. Pour moi c’était l’occasion de réaliser des images originales sans trop de contraintes. Bien que l’éclairage artificiel des flashs et la pierre blanche de la salle, le sol aux multiples reflets et le placement du cheval ont nécessité des déplacements et des multiplications de prises fréquentes. Cela n’a rien enlevé à la dimension splendide de la scène. Malgré tout ce fut une série de prises très complexes à réaliser, une lumière très difficile à maitriser, un sujet mobile difficile à placer et à conserver là où je voulais le mettre. On ne demande pas à une star de poser, il propose et on en dispose… Mais c’était juste fantastique. Les groupes de visiteurs ont même eu la surprise de tomber sur la séance photo et en profiter pour réaliser quelques photos de cette scène assez surréaliste pour eux.

force tranquille-franck simon, grain de pixel - photographie : angelique grip- salle garde château royal cognac

La difficulté était d’arriver à créer une ambiance dans la salle de garde, mais c’était sans compter la pierre calcaire et la tomette qui ont posé quelques soucis de réflexion 😉

L’avantage d’avoir un cheval en liberté mais aussi les inconvénients : faire accepter à la star de ne pas bouger 😀

Braco du Bât Poitou, trait poitevin des calèches du Lysos et franck SIMON, photographe équestre à Grain de Pixel

Braco où la noblesse incarnée dans un corps de géant. puissance à l’état brut et cheval d’une douceur incroyable

Jenny et Braco, la Belle et le Poitevin

En seconde partie de séance j’ai souhaité intégré Jenny avec Braco. Le but était de créer une série de photos différentes qui pourraient circuler, être vue tout en conservant les premières photos réalisées de côté pour la série finale. Une façon aussi d’ajouter une dimension humaine aux photos. Mélanger deux êtres totalement différents : La Belle et le Poitevin. Jenny, étant cavalière, a su poser facilement et surtout de façon naturelle. Un moment sympathique qui a permis aux autres photographes présent de se faire plaisir comme le photographe du quotidien Sud-Ouest qui a profité de cette occasion unique et différente de ses reportages habituels, mais aussi pour ma collègue Angélique de retrouver sa discipline favorite du portrait.

force tranquille-franck simon, grain de pixel - photographie : angelique grip - jenny et braco salle garde château royal cognac

Jenny et Braco, sublimés par Angelique GRIP

Photo d’équipe et bord de Charente en calèche

Pour terminer cette séance et en attendant de pouvoir sortir du château on a terminé avec quelques photos sur la terrasse et réaliser quelques visuels imprévus. Puis est venu le moment de réaliser une photo souvenir pour l’équipe du château afin de les remercier de leur gentillesse, de leur accueil si chaleureux et surtout de leur implication dans ce projet. Pour clore la journée nous sommes parti avec Braco attelé à la Calèche Victoria sur les quais Hennessy en bord de Charente.  Une petite balade au soleil et qui a surpris les promeneurs présent et qui a entraîné les photos souvenirs habituelles. Pour ensuite finir de ranger, plier, démonter l’ensemble du matériel. Et oui une séance photo c’est avant tout une logistique importante surtout côté équidé : calèche, harnachement, rangement et  chargement de la voiture.

séance photo château royal cognac - force tranquille-franck simon, grain de pixel - photographie : angelique grip

Sur la terrasse du Château, derniers clichés improvisés – Crédit photo angélique GRIP

séance photo château royal cognac - franck simon-photographe équestre-charente-force tranquille - credit angelique grip

force tranquille-franck simon, grain de pixel - photographie : angelique grip

Même sur les quais en fin de soirée l’attelage a suscité de l’intérêt auprès des nombreux passants

séance photo-chateau royal de cognac- force tranquille - franck simon - photographe équestre - graindepixel.fr - equipe du château royal de cognac

Une petite photo de l’équipe du Château Royal de Cognac qui vous reçoit tous les jours pour vous faire visiter les lieux

force tranquille-franck simon, grain de pixel - photographie : angelique grip

Une journée bien remplie : cheval de trait, château, bonne humeur

Réaliser une séance photo, qui plus est au château royal de Cognac, ce n’est pas une mince affaire ! Une journée qui s’est donc terminée avec une équipe crevée, vidée même si pour certains il restait encore bien de la route à faire pour que Braco retrouver son pré chéri. Une journée pleine de belles images, de rencontres ; Une aventure qui avant d’être un projet photographique s’est trouvée être une aventure humaine incroyable. Pleine de rencontres et d’échanges, d’apprentissage, d’apprentissage autour du cheval de trait mais aussi autour d’un lieu chargé d’histoire. Je ne saurais vous recommander à l’occasion de votre passage, de venir découvrir le Château Royal de Cognac : visite et dégustation au programme avec une salle qui vous rappellera qu’un cheval y est rentré et a joué les stars d’une après-midi. La série “La Belle et le Poitevin” vous sera dévoilée très prochainement !

Prochain rendez-vous : les carrières souterraines de Saint-Même les Carrières où ce lieu exceptionnel entendra à nouveau résonner les sabots des chevaux. Cette fois ci point d’extraction de calcaire et de transport de pierre mais la suite de l’aventure, le troisième chapitre de la série. Affaire à suivre !

Des merci à tous !

Et je termine par un grand merci. A Angélique pour son aide et sa couverture photo des coulisses, à Jenny pour avoir posé avec autant d’élégance, et merci pour votre folie à toutes les deux. Merci à Jean Marc et Myriam des Calèches du Lysos pour avoir fait tout ce chemin entre deux prestations, un véritable marathon pour eux mais l’occasion pour moi de rencontrer deux passionnés extraordinaires. Merci à toute l’équipe du Château Royal pour ce dévouement, cette qualité d’accueil fantastique, vos sourires, votre gentillesse et votre sens du service c’était juste incroyable, merci pour votre petit cadeau c’était vraiment adorable et gentil. Merci à Charente libre et à son journaliste pour cette vidéo, sa disponibilité, merci aux journalistes de Sud Ouest dont Olivier Sarazin pour ce splendide article, et à son photographe pour les clichés. Merci aux services de la Ville de Cognac pour avoir répondu à mes demandes et réalisé le balisage indispensable, un pti clin d’oeil au restaurant “La Scala” à Cognac que je recommande pour ce superbe décor, et pour avoir gentiment rempli le seau d’eau pour notre Braco national :p En effet ce n’est pas tous les jours que je viens au restaurant pour demander de l’eau pour un cheval ^_^

selfie de l'équipe pour la séance photo au château royal de cognac-angelique grip-franck simon-grain de pixel - photographe équestre

photographe-grain-de-pixel-equestre-animalier-repêrage-carriere-saint-meme-les-carrieres-projet-force-tranquille

Le projet “Force tranquille” va entamer son troisième chapitre. Un troisième chapitre qui va se dérouler sur invitation du maire de la commune de Saint-Même les Carrières  dans la carrière de calcaire souterraine. En effet lorsque l’article de la Charente libre est sorti je précisais être à la recherche d’une carrière souterraine de calcaire. Je souhaitais en effet réaliser une séance dans ces vastes volumes. Monsieur le maire a alors pris le temps de me contacter pour me proposer de venir visiter les lieux.

photographe-grain-de-pixel-equestre-animalier-repêrage-carriere-saint-meme-les-carrieres-projet-force-tranquille

 

Une rencontre riche en découverte

Lorsque j’ai rencontré Monsieur Marceau, maire de la commune j’ai découvert la commune que je n’avais jamais encore traversé. Un endroit bien sympathique et bourré de charme. Quand j’ai poussé les portes de la mairie j’ais alors été enchanté de découvrir que le maire allait être aussi mon guide dans ce dédales de pierre. Mon guide mais aussi un puits de connaissances fantastique sur l’histoire de ce lieu si bien gardé. Il faut vraiment savoir où on mets le pied. C’est un labyrinthe obscur dans lequel il faut s’éclairer pour se déplacer. La carrières est agencée par étages avec les niveaux du dessous immergé par les eaux. Nombres de plongeurs dont les pompiers viennent régulièrement s’entraîner dans les profondeurs de calcaires.

La visite sera rapide mais passionnante. Pas besoin de tourner beaucoup j’ai rapidement eu l’occasion de cibler les lieux les plus accueillant. Pas question de faire du sensationnel en s’enfonçant trop loin, la visibilité étant très compliqué et les lieux très risqués quand on ne connait pas. La sécurité des chevaux et des cavaliers passent avant tout. Et au vu des volumes juste incroyable c’est un véritable bonheur visuel. Surtout quand on sait que c’est une carrière crée par la main de l’homme sans machines…

Les photos que vous pourrez découvrir ont poussé mon appareil dans ses limites. Comme le temps m’était compté il a fallu shooter à bout de bras. Mais l’ambiance retranscrite sur les images ne témoigne qu’à peine de l’ambiance du lieu.

L’histoire des carrières

Voici l’histoire des lieux tels que le présente Wikipédia

Les carrières de Saint-Même sont des carrières de pierre de taille de calcaire doux et dur. Ce matériau a été utilisé pour la construction des églises des deux Charentes. Les carrières sont mentionnées au XIIe siècle pour la construction de l’église Saint-Léger et du pont de Cognac.

photographe-grain-de-pixel-equestre-animalier-repêrage-carriere-saint-meme-les-carrieres-projet-force-tranquille

La pierre était exportée par voie fluviale, sur les gabares et sa réputation était telle qu’elle a été exportée jusqu’au Canada. Le socle de la statue de la Liberté à New York est réalisé en pierre de Saint-Même.

L’extraction s’est faite presque toujours à ciel ouvert jusqu’au XVIIe siècle en bordure du bourg dont certaines maisons se retrouvent perchées sur le vide. Puis l’extraction a continué en carrières souterraines autour de la partie déjà exploitée à ciel ouvert. Le piqueroc, de forme entre le marteau et la hachette, au tranchant plat ou en queue d’hirondelle, est l’outil traditionnel. La scie devient utilisable pour les pierres tendres vers 1840 du fait des progrès des aciers, elle s’utilise sous l’eau fournie par un bassin d’enfiche. Puis vers 1900, la barre d’enfiche d’utilisation moins technique remplace le piqueroc. Il n’est plus utilisé que par le carrier expérimenté qui extrait le premier bloc d’une paroi et pratique ce qui est nommé à Saint-Même un « miroir ». La lampe à pétrole a alors remplacé la lampe à huile.

photographe-grain-de-pixel-equestre-animalier-repérage-projet-force-tranquille

La loi du 21 avril 1810 qui définit des règles est peu respectée et les accidents se multiplient. Pourtant, l’arrêté des carrières de Saint-Même prorogé par l’ordonnance royale du 20 juillet 1838 va servir de modèle de réglementation aux autres carrières de Charente. En 1837 une partie des Caves noires s’écroule en janvier, une autre en décembre, le tout sur un hectare. En 1839 c’est au tour des caves de chez Dorland et le maire prend un arrêté interdisant l’accès des Caves noires et des caves de chez Dorland, qui n’est pas respecté. Le 14 décembre 1848 une galerie où l’extraction était interdite s’effondre en deux temps provoquant neuf morts, six hommes et trois enfants (un de 7 ans et deux de 10 ans). Les effondrements vont se multiplier, en 1896, 1926, 1943 au passage d’un avion et le dernier en 1970 coupant un chemin.

photographe-grain-de-pixel-equestre-animalier-repêrage-projet-force-tranquille

Jusqu’au début du XIXe siècle les hommes n’avaient pas une monoactivité, ils étaient agriculteurs et carriers. Puis ils seront tâcherons avec des salaires différents selon qu’ils sont chambreurs (c’est-à-dire pratiquant la coupe horizontale ou chambrure), manœuvres ou rouliers. Lors du mouvement de grève des carriers charentais de 1907, ceux de Saint-Même, mieux payés et disposant d’une caisse de secours et d’un syndicat n’y participent pas. Vers 1900, il y avait environ 50 entreprises occupant environ 120 personnes. Quand la société Rocamat a fermé en 1975 elle n’employait plus que huit carriers et 15 tailleurs de pierres.

photographe-grain-de-pixel-equestre-animalier-repêrage-carriere-saint-meme-les-carrieres-projet-force-tranquille

Regardez bien le cercle coloré, on peut évaluer la taille de la voûte en se basant sur la hauteur de la personne présente sur la photo.

La ligne de chemin de fer Cognac-Angoulême créée par la Compagnie des Charentes est ouverte au trafic voyageur le 22 octobre 1867 et au trafic marchandises fin mars 1868 mais la gare n’était pas encore construite. En 1881 c’est 10 000 tonnes de pierre de Saint-Même qui sont réceptionnées en gare d’Angoulême. En 1903, la gare, agrandie, comportait les doubles voies et six voies de service équipées d’un treuil roulant et d’une grue roulante.

photographe-grain-de-pixel-equestre-animalier-repêrage-carriere-saint-meme-les-carrieres-projet-force-tranquille

Séance photo et traits poitevin à venir…

Désormais il ne me reste plus qu’à réussir à organiser ma séance, relever le défi technique incroyable que de venir shooter dans des lieux aussi impressionnant. Techniquement ça sera un défi : peu de lumières, des grands volumes, une pierre qui est très blanche malgré les dépôts et le lichen. Il va falloir réussir à éclaire le cheval mais aussi le lieu sans dénaturer quoi que ce soit. Réussir à conserver ou créer une ambiance bien particulière.

salle garde château royal cognac baron otard grain de pixel photographe equestre reperage projet force tranquille

“La Force Tranquille” et le Château Royal de Cognac

Pour continuer l’aventure de cette série un peu folle dont vous pouvez retrouver la genèse sur cette page,  je vous propose de découvrir un nouveau terrain de jeu. Un terrain de jeu avec une histoire puissante : le Château Royal de Cognac. Pour vous aider à mieux cerner l’endroit je vous propose de découvrir l’histoire de ce patrimoine :

« Le Château Royal de Cognac dominant le fleuve Charente a d’abord été une forteresse du 10e siècle destinée à arrêter les invasions normandes, puis au 15e siècle un logis seigneurial où naquit l’un des plus illustres rois de France, François Ier. Le Baron Otard, qui avait fondé sa Maison de Cognac en 1795, comprend vite à quel point l’épaisseur des murs offre des conditions exceptionnelles et uniques pour le vieillissement de ses eaux-de-vie. Il acquiert alors le Château le sauvant ainsi de la destruction totale. Le Château Royal de Cognac, devenu monument historique, est ainsi témoin de l’Histoire de France et Maison de cognac. Nous proposons différentes visites, toutes au cœur de deux histoires : l’Histoire de France et l’histoire du cognac Baron Otard jusqu’à nos jours. Bienvenue au Château Royal de Cognac ! »

Bannière du château royal de Cognac, Baron Otard

Bannière du château royal de Cognac, Baron Otard

Un courrier, un appel téléphonique

Lorsque je me suis mis bille en tête de changer mes projets et de diriger ma série vers des lieux d’exception le Château Royal de Cognac a fait partie de mes choix principaux. Pourquoi ? Tout simplement pour son histoire, sa présence forte dans un patrimoine charentais mais aussi l’esthétique incroyable de sa salle de réception. C’est grâce à une amie, Angélique, photographe de mariage sur Cognac que j’ai découvert l’existence de cette salle (et je la remercie !). Un photographe est toujours attiré par les vieilles pierres, l’architecture. Tout ceci est en général très graphique et promet des images puissantes et très fortes.

Mais en deçà de tout cela il ne faut pas oublier non plus que chaque photo a son histoire. Et quand vous ajoutez à l’histoire de votre photo un passé historique cela donne des photographies avec encore plus de caractère. C’est donc à la suite de mon courrier que l’équipe du Château Otard a pris contact avec moi. La responsable Digital m’a expliqué le fort intérêt qu’ils avaient pour ce projet et qu’ils me proposaient de venir découvrir le site. De quoi me faire bondir de joie !

Horloge du château royal de Cognac, Baron Otard

Horloge du château royal de Cognac, Baron Otard

Un cheval et un photographe dans un château

En effet faire venir un cheval dans un château n’est guère plus la norme même si ce château en question en a vu défiler il y a très très longtemps. La sellerie royale est d’ailleurs toujours visible. Mais à l’heure d’aujourd’hui les choses ont changé et les accès aussi. C’est pour ces raisons  de repérage obligatoire que j’ai été accueilli chaleureusement par l’équipe du château afin de venir visiter et repérer les lieux. Je dois avouer que ça reste toujours impressionnant. De surcroît quand vous prenez conscience que oui les choses se mettent en place et oui je vais amener un cheval de 800kg ici ! Place donc à un état des lieux des possibilités. L’accès à la salle est parfaitement adapté hormis quelques marches qui ne devraient pas poser grand souci.

Château Royal de Cognac - Baron Otard - Accès à la salle voûtée

Château Royal de Cognac – Baron Otard – Accès à la salle voûtée

D’autres endroits susceptibles de m’accueillir dans le même endroit ne sont malheureusement pas adaptés pour un cheval. Et au vu de l’endroit où nous sommes il est hors de propos d’abimer quoi que ce soit ou encore de faire prendre le moindre risque aux chevaux. Je repars sans déception car je suis déjà ravi de pouvoir réaliser une telle séance dans un cadre aussi splendide.

Château Royal de Cognac - Baron Otard

Château Royal de Cognac – Baron Otard

Une salle voûtée, le Château Royal de Cognac

L’entrée dans la salle voûtée m’a coupé le souffle. Non seulement les images ne pouvaient refléter la beauté architecturale du lieu mais voir de mes propres yeux cet ouvrage si incroyable m’a juste renversé. Les couleurs chaudes du sol, le jaune pâle presque blanc de la pierre calcaire. Les voûtes splendides qui reflètent un savoir-faire incroyable perdu depuis. Je me dis que oui ça va être une séance unique et incroyable. Le passage sur le côté du château offre quant à elle un côté extérieur qui va trancher avec la salle et proposer une autre dimension, avec de jolies perspectives.

Salle voûtée du château royal de Cognac, Baron Otard

Salle voûtée du Château Royal de Cognac, Baron Otard

A la recherche de mon saint graal : de jolis chevaux de trait Poitevin

Donc ce repérage terminé me voici en quête de mon saint graal : trouver deux voir trois modèles de Trait Poitevin pour entrer dans ce lieu si magique. Des photos qui seront juste uniques et fantastiques. Pas de droit à l’erreur au vu de la beauté des lieux. Donc avis aux amateurs, éleveurs, passionnés. Vous êtes libre entre le 11 et 16 juin, vous pouvez transporter votre cheval jusqu’au centre-ville de Cognac ? N’hésitez pas à me contacter ! Je ne cherche que des Traits Poitevins et pieds nus sans fer. En effet au vu du sol il est préférable de prendre quelques précautions indispensables !

Pour tous renseignements : 06.18.70.74.73 / graindepixel@gmail.com /facebook.com/graindepixel

Les cavaliers de l'association nationale des races mulassières du Poitou

Les cavaliers de l’association nationale des races mulassières du Poitou – Fête de l’âne, de la mule et du cheval de Hiesse – 2018

Merci !

Je renouvelle encore mes remerciements à toute l’équipe du Château Royal de Cognac – Baron Otard et à l’entreprise qu’ils représentent. En effet c’est vraiment une chance incroyable de pouvoir organiser une séance photo avec un cheval de trait Poitevin dans un endroit de ce type. Un endroit bourré de charme, d’élégance et empreint d’histoire.

Les photos ayant été réalisées en mode “je repère” avec mon smartphone il est évident qu’elles ne rendent absolument pas hommage au lieu. Vous trouverez bien entendu de plus jolies images réalisées au réflex juste plus bas. Bien entendu comme vous vous en doutez les photos de la série seront beaucoup plus soignées ! Pour savourer les plus belles images du site je ne saurais vous recommander l’instagram du Château Royal ou encore le site web.

Adresse

127 Boulevard Denfert Rochereau, 16100 Cognac, France

Horaires d’ouverture

Avril, Mai et Juin Ouvert 7 jours sur 7 de 11h00 à 12h00 et de 13h30 à 18h (fermé le 1er Mai)

Juillet & Août Ouvert 7 jours sur 7 de 11h00 à 18h30

Septembre & Octobre Ouvert 7 jours sur 7 de 11h00 à 12h00 et de 13h30 à 18h

La visite repérage

Force Tranquille - Franck SIMON - photographe équestre - www.graindepixel.fr

Le projet

Pour ceux qui s’en rappellent ou encore pour ceux qui n’en auraient pas connaissance je suis photographe équestre et je travaille sur un projet de série de photographies nommé « La Force Tranquille ». La spécificité de ce projet équestre est que le cœur du travail se base sur le Trait Poitevin avec pour but sa valorisation au travers d’une série d’images destinées à être exposées auprès du grand public. Je m’excuse pour le manque de nouvelles pour ceux déjà contactés mais des imprévus personnels ont rendu certaines choses difficiles et ralenti fortement le projet, je m’en excuse sincèrement.Et comme vous le savez ce projet est réalisé sur mon temps personnel.

Pour chaque postulant je demanderais de lire attentivement l’intégralité de l’article. Les choses ayant changés avec des demandes spécifiques.

Je vous explique tout

Pour vous expliquer tout,  un article complet est lisible ici https://www.graindepixel.fr/force-tranquille-trait-poitevin/ et détaille le projet, son évolution. Les premiers travaux sont visibles ici https://www.graindepixel.fr/portfolio-galeries/un-jour-au-cloitre-de-la-rochefoucauld-un-poitevin/ avec l’aimable participation de Laura et Baltazar au Cloitre de La Rochefoucauld ou encore ici avec Mélanie : https://www.graindepixel.fr/portfolio-galeries/duo-de-poitevins/

Comme l’indique le projet les choses ont changé, évolué depuis l’idée de base du simple studio sur fond noir. Je me dirige donc vers des travaux photographiques dans des lieux atypiques voire prestigieux de Poitou Charente. Si je vous sollicite vous passionnés, éleveurs c’est pour vous fédérer autour de mon travail et mettre en valeur vos chevaux. Je voudrais surprendre, étonner en mettant vos chevaux dans des endroits totalement inattendus. Je voudrais que le grand public soit bluffé. Et donc qu’on parle de vous, de la race…

Pour le moment, et j’espère que c’est juste un début j’ai trois endroits fortement intéressés par le projet. Intérêt dit engagement de la part des équipes sur place. Reste à repérer les lieux. Charente Libre suit le projet, je me tâte aussi à y intéresser Sud-Ouest.

Voici les lieux démarchés (MAJ 17/05/2019)

  • Château Royal de Cognac (16) : https://www.chateauroyaldecognac.com/fr/fr/: contact confirmé, repérage le 22/06/19. Equipe fortement intéressée par le projet
  • Les carrières souterraines de Saint Même les Carrières (16) : contact confirmé (monsieur le maire), repérage à organiser entre le 10 et 14/06/19. Fort intérêt pour valoriser en parallèle la commune.
  • Carrière Audouin à Graves Saint Amant (16): informé par Charente Libre je dois les contacter
  • Château de Saint Mathieu (87) : validé ! En attente de pouvoir organiser une séance.
  • Château de La Mercerie (16) : en attente de réponse à mon courrier
  • Chais Hennessy, Martell etc (16) : en attente de réponse à mon courrier
  • Château Grand Marnier à Bourg Charente (16) : proposé par une internaute, en attente d’infos
  • Distilleries : proposées par une internaute, en attente d’infos
  • Mairies d’Angoulême, Cognac, Segonzac: en attente de réponse à mon courrier
  • Autres lieux à définir dans l’attente de suggestions.

Je sollicite donc les propriétaires de Chevaux de Traits Poitevins (et uniquement Poitevin) à nouveaux pour savoir si vous seriez motivés à participer à ces séances. Il faudrait donc que j’actualise les candidatures déjà envoyées vu que le temps a passé depuis la dernière prise de contact. La continuité du projet repose aussi sur les volontaires. Donc je compte sur vous 😉

Des chevaux bien dans leurs têtes

Il va de soi qu’au vu des lieux et de la difficulté probable d’accès  il me faudrait des chevaux adultes, bien dans leurs têtes et des accompagnateurs qui les connaissent vraiment bien. Il est possible qu’il soit nécessaire de descendre une marche ou deux, franchir des passages étroits… Les séances seront en intérieur et en extérieur. Le ou les cavaliers pourront être présent sur la photo ou non au choix. Photos en main ou à cheval. Tenues élégantes, folles ou typiques bienvenues.

Le maitre mot sera la sécurité et le respect et la propreté des lieux où l’on évoluera. Les personnes qui m’avaient déjà contacté peuvent me renvoyer les informations (voir plus bas) de façon à reprendre des informations à jour.

Chacun peut participer

  • Si vous avez la mobilité je serais ravi de vous compter parmi mes modèles. Un formulaire de candidature est accessible plus bas.
  • Si vous avez possibilité de démarcher, demander, solliciter des lieux atypiques au possible près de chez vous n’hésitez pas à me le faire savoir. Idem si vous avez vos entrées parmi certains domaines prestigieux… Seule condition : localisation Poitou Charentes (selon la distance et le temps de déplacement) sachant que je priorise la Charente et proche département.
  • Pour ceux qui résident près des lieux annoncés plus haut je suis preneur des volontaires pour faire du repérage et regarder l’accessibilité, la sécurité.
  • Aucune date n’est encore fixée. Tout dépendra des réponses des lieux de séances, de vous, de moi. Mais je compte débuter les séances de maintenant jusqu’à la fin de l’automne, avec reprise au printemps 2020.

Les modèles et les costumes, créateurs(trices) et couturier(ères)

J’étudie en parallèle modèles humains hommes ou femmes, aisance avec les chevaux absolument indispensable voire même une bonne connaissance pour assurer un niveau de sécurité optimal. Disposant d’une certaine garde-robe soignée, extravagante, avec du style : costumes, grandes robes… Tout se décidera en fonction des possibilités. Shoot non rémunérés.

Les créateurs, costumiers, couturiers (ères) qui souhaiteraient apporter leur aide, prêter leurs créations trouveront bien entendu mes portes grandes ouvertes.

Pour entrer en contact avec moi : graindepixel@gmail.com

Pour postuler

Il suffit de copier coller le formulaire qui suit, ancien ou nouveau  et me le renvoyer avec les pièces demandées par mail :

Nom :
Prénom :
Adresse :
Téléphone(s) de contact :
Mail de contact :
Nom complet du Cheval :
Age du cheval :
Poids moyen du cheval :
Rayon de déplacement :
Type de disponibilités :
Accepte de poser avec le cheval : oui – non
Personne qui posera avec le cheval si autre que le meneur (coordonnées à joindre et disponibilités) :

A joindre de façon impérative : photo du ou des chevaux, photos du ou des modèles (si souhaite apparaître sur les photos). Peu importe la qualité. Le but est de constituer un petit trombinoscope du projet pour faire vivre son évolution et la documenter. Le projet est vivant et il faut construire aussi son histoire.

 

A adresser par mail à graindepixel@gmail.com

Si vous avez besoin de me contacter  graindepixel@gmail.com – 06.18.70.74.73 (surtout laissez un message avec vos coordonnées ou SMS) / facebook.com/graindepixel / https://www.graindepixel.fr/contactez-moi/

La continuité du projet repose aussi sur les volontaires. Donc je compte sur vous 😉

Un immense Merci à tous d’avoir pris le temps de me lire. Ce projet est fou, complètement dingue mais je sais qu’on va pouvoir faire un travail fantastique avec votre aide à tous et à toutes.

Franck SIMON
www.graindepixel.fr

Baltazar des Picanais - trait poitevin - Projet force tranquille - Franck SIMON - www.graindepixel.fr

Suite de mes péripéties et de mon avancée sur un projet photographique un peu, fou, décalé mais pourtant passionnant : La Force Tranquille

Des courriers par milliers

Pour me faciliter les démarches, pour aussi m’aider à rentrer en contact avec communes, entreprises et autre je me suis dit que la meilleure façon était de rédiger un courrier complet. Un courrier qui détaillerait le projet et mes motivations. J’ai donc mis en œuvre tout une pile de lettres parties rejoindre communes de Charentes, entreprises du monde du Cognac, et diverses autres possibilités.

Et un courrier est parti vers la destination joker

Et puis dans cette masse de courrier qui s’est envolé je me suis dit : pourquoi ne pas tenter ma chance auprès d’un média. Je me suis juste dit qu’un organe de presse local devait bien avoir dans ses carnets d’adresse quelques portes auxquelles frapper pour réaliser mes folies.

Un coup de téléphone de Charente Libre

Et puis voilà un coup de téléphone qui survient, un message sur mon répondeur. La Charente Libre était intéressé par le sujet de la série et souhaitait réaliser un article sur le projet Force tranquille et les Traits Poitevins, sur mon travail de photographe. Bon avouons que c’est assez intimidant mais je tenais là une possibilité de pouvoir exposer mon projet à la vue de tous et justement attirer l’attention dessus. Rendez-vous pris et rencontre organisé avec deux journalistes et photographe. On échange, on papote, je leur raconte mon histoire, mon projet, les chevaux, la photographie. C’est là que quelque part je me rends compte que cela intéresse : des chevaux de trait, un patrimoine de Poitou Charente. Original, et osé, esthétisme bref le contenu semble plaire à des non-initiés et c’est là le but aussi de séduire un public qui ne soit pas issu du milieu équestre. Une façon aussi de surprendre en expliquant que je ne photographie que des chevaux ou des animaux domestiques. En effet ce n’est pas chose courante.

Dans la vie il faut oser

C’est en voyant l’article s’étaler dans les pages de l’édition concernée que je me suis rendu compte que là où je m’attendais à quelques lignes s’étalait un article vraiment complet. Bien rédigé, le journaliste avait bien saisi mes attentes. Intimidant de voir ses propos et sa propre photo dans les colonnes d’un journal. Mais une façon d’apporter une légitimité au projet. Non pas que l’idée soit loufoque mais pour toucher un certain public c’est une sorte de ticket d’entrée. Une manière d’asseoir ma démarche et de démontrer que oui, ce projet pourrait intéresser du monde.

Il ne reste qu’attendre

Désormais la ligne est lancée dans l’eau, il ne me reste plus qu’à attendre. J’espère pouvoir toucher sincèrement des personnes pour qu’ils croient en ce projet. Que je puisse trouver des lieux avec du charme, et y emmener mes gros. Réaliser quelques clichés exceptionnels et montrer au monde la beauté du Cheval de Trait. Réaliser un travail esthétique et investi. Et ainsi apporter mon aide même minime à la sauvegarde d’un patrimoine vivant qui disparait petit à petit.

Force Tranquille - Franck SIMON - photographe équestre - www.graindepixel.fr

Le projet « Force Tranquille »

J’aime les chevaux lourd et ce, depuis longtemps. Le problème est que bien trop souvent ils sont relégués à des photos assez basiques, classiques : débardage, nettoyage, travaux de la terre. Bien entendu cela n’est pas une critique bien au contraire puisque c’est un formidable moyen de revitaliser ces races qui ont déserté nos territoires. Comme je suis basé en Charente j’ai eu envie de me tourner vers cette race régionale. Une race qui déplore justement un déficit de naissance et une disparition programmée. Ne reste à l’heure actuelle qu’une poignée de passionnés qui font vivre cette race de chevaux. L’idée était là restait à l’exploiter. Le projet “trait Poitevin, la force tranquille” venait de naitre.

Le studio lourd

Mon idée de départ était de sortir ces chevaux lourds de leur contexte traditionnel : labour, débardage attelage etc. L’idée de base était donc de mettre en valeur ces chevaux en studio. En effet cette spécialité photographique est souvent dédiée aux chevaux de selle. Rares sont les images où un trait figure et pose. Une merveilleuse façon donc de sortir de ce standard pré établi. J’avais donc trouvé le lieu, les candidats etc. L’association des races mulassières m’a beaucoup aidé tout comme les nombreux abonnés qui ont relayé ma recherche. J’ai ainsi pu localiser facilement des volontaires. baltazar des picanais, trait poitevin

Mais si c’était si simple

Et oui le problème avec les collaborations, les projets perso c’est la disponibilité. Malgré ma grande motivation et mon envie de faire voir le jour à ces photos il m’a manqué une composante essentielle : le temps. Et comme je devais faire appel à des passionnés il fallait aussi réussir à se retrouver ensemble. L’année a donc filé à toute vitesse et des petits soucis organisationnels m’ont complètement empêché de mener à bien cette aventure. Ajoutez la période hivernale où les gros lourds ressemblent plus à des ours qu’à des chevaux. Mes excuses aux passages à mes nombreux candidats sans nouvelles. Dommage certes mais en même temps c’était un mal pour un bien. Mais pourquoi ?

Murir pour mieux évoluer

Tout simplement car mes intentions n’ont pas changé mais le contenu lui si. Le studio est une perspective intéressante. Mais le souci c’est que c’est vite redondant : fond similaire, poses limitées on se retrouve vite à faire les mêmes images. Certes cela reste superbe, met en valeur les morphologies, la musculature, la prestance. Mais pourquoi ne pas faire mieux ?

Ebahir et surprendre

L’idée de changer de direction est venue suite à une séance photo d’humain dans un cloitre. Je me suis alors dis pourquoi pas un cheval dedans ? Et encore mieux un lourd ! Si vous avez loupé l’article où je raconte l’histoire de cette folle séance vous pouvez le retrouver ici. Changement donc de cap pour ce projet. L’idée a basculé vers une envie de capturer ces images et mettre en scène ces chevaux dans des endroits totalement atypiques. Des lieux avec du charme, du cachet, inspiré du patrimoine de Poitou Charente. Des lieux où personne n’aurait pu imaginer voir un cheval à cet endroit, encore plus : un cheval de trait.

A venir des chais, une plage, un château…

Après cette série au cloitre, j’ai des projets. Totalement fous cela étant dit en passant mais réalisables je pense à condition de trouver des contacts. Donc les prochaines séries en projet les voici :

  • Dans un chai. L’idée de base est d’aller sur la Ville de Cognac et démarcher les grandes maisons du Cognac. Le pari est osé mais lancé ! Encore faut il que j’arrive à atteindre les bonnes personnes. J’ai quelques contacts ici et là. A défaut de lieu prestigieux je démarcherais des chais plus “familiaux” mais avec tout autant de cachet.
  • Dans une carrière de calcaire souterraine. Les carrières sont nombreuses en Charente, il me reste à trouver des propriétaires qui acceptent et surtout une carrière vaste et sécurisée. Je commence juste à démarcher les communes. Pour le moment sans réponses.
  • Sur la plage. Avec la troupe de Traits Poitevins de Mélanie Goemaere Baudin, artiste équestre. L’idée est lancée reste à caler une date.
  • Au pied d’un château, c’est en cours d’étude. Bon certes on est limite Poitou Charente mais le site est splendide ! J’attends de recevoir l’autorisation officielle.
  • En studio puisque l’idée originelle n’est pas totalement repoussée. Cela se déroulera comme prévu au Logis de Rancogne à Equites.
  • A définir les idées fusent parfois sans prévenir. Et puis si des fois certains me proposent des idées n’hésitez pas à me contacter 😉 Tant que c’est en Poitou Charente hein 😀

Affaire à suivre

Comme toujours ces projets restent cantonnés au temps libre et disponible. Car le travail et les obligations de la vie font que je ne peux y consacrer librement mon temps. Entre mon activité principale, mon activité commerciale de photographe, ma vie personnelle… Mais une chose est certaine : j’irais au bout de mon projet. Je me le suis promis. Je compte aussi sur les abonnés, lecteurs et autres personnes pour ne pas hésiter à me proposer un pti coup de pouce. Et si par hasard vous avez un Trait Poitevin et une forte motivation pour rejoindre le projet… Ma boite mail vous est ouverte ! En attendant, n’hésitez pas à me suivre dans mes péripéties que ce soit sur Facebook ou sur Instagram !

Je vais vous raconter l’histoire d’une séance vraiment pas comme les autres. Je ne suis pas très habitué à raconter mes séances. Non pas que ça me dérange mais plus que je doute de l’utilité pour mes lecteurs de comprendre comment je travaille sur chaque séance. Chaque rendez-vous étant différent, ma manière de travailler elle reste malgré tout la même. Par contre cette histoire est un peu différente. Comment en suis-je venu à shooter dans un cloitre ?

Pour la petite histoire

Comme je l’avais déjà expliqué je travaille sur un projet personnel nommé « Traits Poitevins, la force tranquille » avec pour but valoriser au travers de l’image la race de chevaux de traits poitevins. Race qui disparait et qui représente un élément du patrimoine de Poitou Charente. Pour moi c’est intéressant de marier le patrimoine avec le domaine équestre. Une manière de rendre hommage à l’histoire tout en assumant une passion comme le cheval. Ce projet évolue donc au fil du temps. Et comme les idées fusent tout le temps…

Des mariés

Tout commence avec un appel pour des photos de mariage. Un gentil couple adorable voulait des photos de couple. Rien de plus. Juste une séance pour marquer l’évènement et le moment. Bien que le mariage civil fût juste un choix de raison, ils étaient pressés par leurs amis de réaliser ces photos pour conserver des souvenirs inoubliables.

Une séance en Décembre n’est pas forcément signe de soleil et il fallait absolument localiser un endroit couvert. Le lieu de prise de vue ayant changé je me suis retrouvé à La Rochefoucauld. Lieu que je connais assez bien. L’idée de rechercher un endroit couvert m’a naturellement guidé vers le Cloitre du Couvent des Carmes. Un lieu très sympathique et partie intégrante du patrimoine de la ville. Un coup de téléphone à la mairie et hop nous étions assuré d’avoir la liberté de réaliser la séance en ce lieu.

 

Vous avez dit fou ?

Ce cloitre je le connais bien pour avoir participé à un workshop photo sous l’égide d’un ami, Alex de Morière, mais aussi comme lieu de promenade. J’aime le calme, l’architecture de ce lieu hors du commun en pleine ville. Il est assez magique ce lieu et empreint d’histoire. J’étais avec ma chérie occupé à tester mon éclairage, régler quand à un moment je lui ai dit : ce serait sympa de faire rentrer un cheval ici. Ce serait juste magnifique ! Encore mieux un Poitevin ! Lier ainsi le patrimoine. Sur le moment l’idée m’a parue impossible voire complètement loufoque mais après réflexion… Je sais je suis un peu fou, doux dingue dans mes idées mais c’est ça qui me fait avancer.

Mais étais ce une idée réaliste ?En effet l’entrée n’était pas forcément très large, et surtout on ne m’autoriserait jamais à faire rentrer un cheval ici. J’ai donc réalisé ma séance tranquillement. Au moment de traiter les photos, au vu du rendu de la lumière des flashs en ce lieu je me suis dit et si je tentais ma chance ? Aussi sec j’ai envoyé un mail à la mairie, courtois, complet et explicatif. La réponse n’a pas tardé avec un retour extrêmement positif. J’avais bien entendu pris le soin d’expliquer ma démarche et le projet en cours.

 

Baltazar et Laura

Ni une ni deux, contact est pris avec Laura et son cheval Baltazar des Picanais, installés au Domaine des Limousines, un centre de tourisme équestre situé sur la commune d’Ecuras.  Grâce à Laura la séance a pris une dimension encore plus sympa à l’aide d’une magnifique robe réalisé par une couturière, Jolaine Fulgence, qui expose son travail sur son site L’Art Re’Création située sur la commune de Saint Sornin. On ne pouvait faire plus local entre la couturière, la cavalière, le cheval, le cloitre bref… Rendez-vous est donc donné en lien avec nos dispos respectives, la mairie informée du jour et le repérage des lieux par Laura fait. De cette façon on est certain que Baltazar peut passer les portes. Wais en effet ce n’est pas un petit poney qu’on va devoir emmener.

Dans les rues de la Rochefoucauld

Atterrissage sur le parking du champ de foire. Un endroit idéal pour débarquer un cheval de trait ! Mon chariot chargé de tout l’équipement, la valise de Laura avec le matériel et sa belle maman avec nous pour nous assister, le cheval est ok nous voilà parti. Histoire de ne pas se faire remarquer on remonte la rue principale de la Rochefoucauld qui est à sens unique avec tout notre barda et… Baltazar. Je vous assure que pour passer inaperçu il n’y a pas mieux. Mais c’est là tout l’intérêt de la chose et faire susciter de la curiosité et changer le quotidien des gens. C’est aussi ça le côté fun d’une séance pas comme les autres.

Silence on shoote

Et hop à peine arrivé le téléphone sonne, la responsable communication de la ville de la Rochefoucauld veut passer. Pas de soucis, rendez-vous est donné dans une heure. Nous on débute car le temps file entre les doigts. Quelques photos en lumière naturelle mais non le temps et la lumière ne favorisent pas la prise de vue sans apport de flashs. Le matériel est monté, quelques photos de Baltazar réalisée seul. Une robe, une assistante et voilà Laura habillée et à cheval. La véritable séance débute. Petite pause pour l’arrivée de la correspondante de presse avant de continuer. On croise quelques visiteurs abasourdis et surpris de trouver un cheval dans ce lieu. En effet c’est chose rare ! Et je vous assure c’est à sourire de voir leur tête face à Baltazar ^_^

Les difficultés du Cloitre

Travailler avec un cheval dans le cloître pose des difficultés. En effet ce lieu est avant tout plus adapté à des êtres humains seuls et non à un cheval, de surcroît de trait. Le positionnement est complexe pour composer et créer de l’image de différente manière, de différentes poses. Utiliser les perspectives est vite compliqué et limite vite les possibilités mais j’arrive à composer et créer quelques jolies prises de vue. J’avoue que je n’avais pas d’idées déjà prédéfinies dès le départ. Il fallait que je sois en situation pour comprendre et m’adapter avec le lieu. Réaliser une photo avec un humain est tout autre qu’avec un cheval. Les volumes sont complètement différent.

C’est le clap, de fin

Une fois toutes les possibilités évaluées et réalisées il est temps de rester là-dessus. Le froid et les poses fixes sont assez difficiles sur long terme même si Laura ne s’est plaint à aucun moment. Mais je sais ce que ressentent les modèles et il est temps de laisser Baltazar tranquille. Il aura été d’une patience et d’un calme légendaire. Un vrai plaisir. On démonte, on range, on plie et voilà la folle équipe de nouveau dans la rue. A cheval cette fois ci et devant le regard ébahi des passants et des automobilistes. On aura surpris un paquet de promeneurs passé dans le cloître et qui se sont retrouvés face à un gros poilu 😀 Mais c’est ça aussi qui est sympa : montrer autre chose, et surprendre les gens.

Pour conclure

Une séance mémorable, qui a demandé juste du culot. Oser demander. Oser pour avoir une réponse positive. Et oser pour être capable de réussir une séance vraiment sympa.

Remerciement

Un remerciement tout particulier à La Ville de La Rochefoucauld en Angoumois pour avoir accepté ma demande originale ! C’est grâce à l’équipe municipale que j’ai eu l’autorisation de réaliser ce tour. Merci à Laura et Baltazar pour avoir su se rendre disponible. Merci à Nathalie, la maman du chéri de Laura qui aura été d’une assistance précieuse. C’est comme ça que prennent vie des projets : l’entraide, la gentillesse, la générosité.

 

Et les honneurs de la Charente libre 😉

Le trait Poitevin, le photographe, qui, quoi, comment Je suis Franck, 39 ans et photographe professionnel spécialisé dans le domaine équestre. Je souhaite depuis très longtemps réaliser un travail photographique avec pour modèle des chevaux lourds. Etant basé en Charente, je me suis penché très naturellement vers un patrimoine riche mais pourtant menacé : le […]