crer-entreprise-photographe-equestre-animalier

Devenir photographe « pro » la question redondante

La question souvent vue sur les réseaux c’est l’interrogation pour devenir photographe professionnel. Et souvent je lis des choses qui me font bondir. Non ce n’est pas aussi simple de se lancer non pas en termes de complexité puisque deux clics suffiront pour vous pouvez vous immatriculer. Non difficile car ça reste une entreprise et sa gestion au quotidien c’est autre chose que de shooter ses potes et sa famille.

Alors avant de parler compétence photos comme je l’abordé en partie sur cet article je vais aborder une notion plus générale. Comme toujours ces articles sont des réflexions, pas de solutions toutes faites. Forcément il y a des oublis (volontaires) ou des sujets que j’aborde brièvement. Se lancer dans ce domaine c’est aussi et d’abord apprendre à chercher par soi-même.

photographe-charente-photographie-chat-creer-entreprise-

Les profils types de futurs photographes pros (oui c’est de l’ironie)

Souvent le profil type c’est : je fais de la photo depuis quelques mois/année, je ne suis pas certain d’avoir un niveau dingue, mais je vais me déclarer pro en photo animalière domestique (chien, chat, ou équine (chevaux). J’ai toujours eu depuis que je suis petit un appareil photo dans les mains et j’ai toujours fait ça (mais je ne pratique la photo que depuis quelques mois cherchez l’erreur). J’ai toujours voulu faire ce métier (oui mais l’idée date de deux jours).

On me dit que mes photos sont justes incroyables (avis partial basé sur la famille et les potes qui n’ont aucune maitrise ni connaissance en photographie) et que je dois me lancer comme pro (avis de tata arlette et tonton michel, et des potes mais qui n’ont aucune notion de la gestion d’entreprise, encore moins le modèle économique en photo).

On va retrouver aussi le même modèle avec : je me suis lancé comme pro y’a trois mois mais je ne comprends pas je reçois un truc des impôts, je ne sais pas comment on déclare son CA, je ne sais pas ce qu’est la CFE, je ne comprends pas pourquoi on me reproche de casser le marché (shoot à 30 balles photos illimitées).

Sachez que nous ne sommes pas parfaits. On fait tous des erreurs. On doute tous (et c’est normal). On a besoin de se rassurer. On ne débute pas tous l’entreprise avec un niveau de malade ou une licence en gestion commerciale.  Mais, gros gros mais : il faut éviter de faire n’importe quoi.

Créer une entreprise ce n’est pas juste réfléchir (oui c’est dans ma tête depuis 3 mois) mais bien mettre sur papier des chiffres (prévisionnel, tarifs, charges etc). Et une fois le projet défini et soumis à des professionnels dont c’est le métier (conseillers, CMA, banquier, comptable etc) on passe à l’étape suivante.

Oui vous n’avez pas foncièrement besoin d’être un technicien parfaitement qualifié en photographie pour vous lancer. Après si vous arrivez à vendre un travail ni fait ni à faire c’est que vous êtes un excellent commercial. Pour les autres vous allez retrouver la masse d’auto entrepreneurs photographes qui ne sortent pas du lot. Ah si en dehors de leurs tarifs d’appels qui doivent plus leur coûter que de leur rapporter.

En clair vous serez dans la partie verte qui regroupe la plus grande masse de photographe à travail/tarif les plus bas et la zone la plus concurrentielle et où on va retrouver le plus gros nombre de consommateurs.
ref : https://www.lescahiersdelinnovation.com/la-courbe-de-diffusion-de-l-innovation-selon-roger/

photographe-chien-charente-creer-entreprise-photo-animaliere

Le statut de l’entreprise

Comme vous allez débuter on conseille souvent de choisir l’auto-entreprise ou micro entrepreneur comme solution de départ. Si vous décidez d’être photographe vous aurez alors la catégorie artisan, gérée par la Chambre des Métiers (CMA). Votre auto entreprise fonctionnera donc en prestations de services avec un Chiffres d’Affaire maximum fixé à 72 600€ par année.

Après il faudra développer le sujet avec votre CMA pour les détails et exceptions. S’inscrire c’est en théorie gratuit (moi je vais aller vivre en théorie ^_^). Si vous passez par des solutions en ligne vous ne devrez rien débourser sauf dans certaines régions où les Centre de Formalité des Entreprises facturent parfois des frais. Non pas des frais d’inscription mais des frais de dossiers… Ces frais se situent vite entre 50 et 200 euros suivant les endroits. Ce n’est pas systématique mais suivant les endroits votre dossier peut se retrouver bloqué. Et oui ça existe 😉

Pour ceux qui ont entrepris une réelle démarche de professionnalisation et d’installation le meilleur conseil à donner c’est de consulter un conseiller en la matière : CMA, comptable, banquier pour comprendre la meilleure forme d’entreprise adaptée à vos besoins. En effet il existe une multitude de forme de sociétés (SARL, EIRL, SAS, SASU etc) avec les avantages, inconvénients que cela engendre. Chaque forme ne correspondra pas à tous. Faites-vous donc suivre par des gens dont c’est le métier de vous guider. Certes c’est payant mais entreprendre ce n’est pas GRATUIT.

Dans tous les cas de figure suivez des formations agrée dédiée à la création d’entreprise. Oui c’est un coût mais vous allez apprendre beaucoup de choses très utiles. Et quand on n’y connait rien à rien ça permet de débuter avec des bases solides (et ça rassure aussi).

photographe-equestre-charente-angouleme-entreprise-photo-equine

La micro entreprise : tester la viabilité, mais aussi un statut avec zéro entrées donc zéro charges

La micro entreprise est devenu très à la mode car elle permet d’exercer une activité déclarée sans pour autant en faire une activité principale pour certains. Elle vous permet entre autre de ne pas payer de CHARGES sociales (j’insiste bien sur ce détail) si vous ne rentrez PAS de Chiffre d’Affaire (CA).  Attention j’insiste fort sur le fait que les charges de l’entreprise ne sont pas juste constituées des charges versées à l’état. Plus d’infos sur la micro entreprise sur ce site au top : la micro by flo je vous le recommande plus que chaudement.

On verra le détail plus bas. Cette forme d’entreprise allège donc les choses et vous met moins de pression. Elle vous permet de tester la viabilité de votre activité et vous laisser le temps de prospecter votre clientèle en vue de la pérenniser, de vous faire connaitre.

A défaut car ce n’est pas toujours la forme idéale,  vous aurez un « coût » de prestation plus élevé versus d’autres formes de sociétés : non récupération de la TVA (c’est possible de le faire mais attention au loup), impossibilité de déduire vos frais de déplacement. La comptabilité est simplifiée au maximum. Vous déclarez ce que vous ne facturez point. Mais vous ne pourrez rien déduire.

Pour les impôts tout dépendra de ce que vous aurez choisi en fonction de vos revenus annexes ou non, de votre imposition annuelle etc. Le prélèvement libératoire de l’impôt en micro entreprise n’est pas intéressant pour tout le monde. Renseignez-vous avant de choisir l’option. A savoir que vous pouvez revenir sur votre choix mais il existe des pièges.

Pour le fonctionnement quotidien de la micro entreprise c’est « basique »  : un logiciel de facturation agrée (entrées et sorties point), une facture pour le client, une déclaration de CA sur le site dédié et c’est réglé (enfin oui à condition d’être un minima à jour dans tous ça).

photographe-canin-charente-nouvelle-aquitaine-creer-entreprise-photographie

Les charges de fonctionnement: un oubli souvent négligé

En micro tu ne payes que si tu bosses ? Vrai et… faux.

Payer les charges sociales en prestation de service (photographie) au taux de+/- 22% de votre CA c’est une chose. Mais une entreprise a aussi des « obligations » comme s’assurer, faire de la publicité, acheter du matériel etc. On appelle ça des charges de fonctionnement.

En photographie on va trouver en vrac :

  • La Responsabilité Civile Professionnelle : non obligatoire mais ô combien conseillée ! Vous causez un accident chez un client ou autre et vous êtes protégé par exemple.
  • Le médiateur : service obligatoire si vous travaillez avec de particuliers
  • Le site internet : incontournable à l’heure numérique. Il faut donc chiffrer l’hébergement, le nom de domaine, le référencement, la sécurisation de votre site. Si vous passez par un professionnel le budget est conséquent mais c’est aussi du clé en main. Si vous pensez que seuls les réseaux suffiront à vous développer vous faites une erreur énorme.
  • Communication : vous aurez besoin de cartes de visites, de support de type flyers, de cartes cadeaux, de tout objet ou support qui mettra votre entreprise en avant. Il faut être visible pour attirer le client.
  • La sauvegarde : vous allez travailler pour des clients donc conserver les photos. Donc un photographe se doit d’assurer un archivage et une sécurisation de ses données. Si vous imaginez que copier vos photos sur un simple disque dur + une copie sur un disque dur externe suffit vous allez vite comprendre que c’est une solution dangereuse. Etudiez la double voire triple copie : Disque de Travail + disque d’archivage + copie sur NAS (à distance surtout pas installé chez vous en cas de vol ou d’incendie) et solution d’hébergement dans le cloud. Ainsi en cas de vol, panne, incendie vous êtes assuré de pouvoir récupérer vos données. Sauf désastre nucléaire…
  • Les contrats : si vous tenez à être tranquille faites rédiger vos conditions générales de vente par des gens de lois (avocat) voire même vos contrats clients. Pareil ça a un coût mais c’est aussi s’assurer une certaine tranquillité vis à vis de clients exigeant ou procéduriers.
  • Les licences logicielles : travailler avec Photoshop and co ça a un coût (licence mensuelle de 12-15€), sans oublier les logiciels de gestion comme Fotostudio qui vous rendent le quotidien plus facile pour gérer vos réservation, facturation etc, et pour terminer un abonnement à un système de galerie en ligne comme Lumys si vous ne souhaitez pas avoir de commissions sur vos ventes (sauf pur ceux qui font leurs tirages eux même).
  • L’usure de la voiture (pneus, révisions plus régulière)
  • L’assurance de la voiture (et oui vous êtes assurés pour vos trajets persos mais pas pro… donc il faudra revoir le contrat).
  • Le loyer du local, l’assurance du local et j’en passe ou l’extension de votre assurance habitation si vous avez un « home studio ».

Puis penser au matériel photo :

  • Un boitier principal
  • Un boitier back up en cas de panne
  • Un objectif principal + une optique de secours au minimum
  • Un sac photo confortable
  • Une sangle de qualité
  • DES batteries
  • DES cartes mémoires (oui une seule carte c’est risqué…)
  • Une trésorerie de sécurité pour pallier au remplacement, panne du matériel existant.
  • Le matériel autour de la photo comme la sonde de calibration indispensable pour avoir des couleurs qui seront « réalistes » sur les tirages et autres support (150-200€)
  • Un écran de qualité pour le post traitement
  • Un PC adapté pour le travail

Le carburant et frais de transport

Si vous comptez facturer au client vos frais kilométriques et les déduire de vos charges : en micro entreprise c’est niet. Vous augmenterez votre tarif de prestation en intégrant le déplacement mais ce dernier sera à déclarer dans votre Chiffre d’Affaires. Et oui ce n’est pas optimal, ça coûte mais c’est le jeu du système d’entreprise simplifié.

Le compte bancaire dédié

Alors le compte bancaire en micro entreprise c’est obligatoire pour séparer les rentrées et sorties de votre compte courant personnel. Nulle obligation de prendre un compte professionnel. Seulement…. Certaines banques refuseront et vous obligeront à prendre un compte pro donc avec un coût annuel en plus. Dépense à ajouter encore dans la liste. Oui je sais ce n’est pas normal mais vous pouvez aussi changer de banque !

Touuuuuuuuute cette liste, ce sont des frais de fonctionnement : annuel, mensuel ça va varier selon les choses mais c’est OBLIGATOIRE voire vivement conseillé et donc des coûts incompressibles. Vous ne bosserez pas donc pas de charges mais il faudra pourtant assumer ces frais…

photographe-equin-nouvelle-aquitaine-cheval-creation-entreprise-photo

La TVA, les achats, le matériel, les frais non déductibles

Comme vous ne récupérerez pas la TVA (oui forcément vous ne l’appliquez pas…) regardez quand vous débutez aussi du côté de l’occasion reconditionnée chez les professionnels (avec garantie) pour limiter vos dépenses d’investissement.

Rappel : le matériel ne fera pas de vous un meilleur photographe. NON le dernier 24-70 F2 ne fera pas de vous un meilleur technicien. C’est votre pratique et votre maitrise. Trois quart du temps le problème se situe… derrière le viseur. Et pas besoin de 50 objectifs pour débuter ou d’un boitier plein format hors de prix.

Tant que j’y pense les micros entrepreneurs qui pensent pouvoir opter pour la TVA (c’est possible) dans le but de faire des économies sur leur matos vous oubliez. Ou alors vous allez vous documenter. Car collecter la TVA et la reverser à l’Etat vous apportera une source de travail et de comptabilité supplémentaire.

Pour faire « simple » chaque année vous allez verser en provision à l’état une somme correspondant au montant moyen de TVA que vous allez collecter dans l’année. Si cette somme est au final inférieure vous aurez une régulation mais… l’année suivante. Et si c’est dans le sens inverse la provision augmentera. Bon pour plus d’infos allez-vous informer auprès des organismes dédiés afin de bien intégrer ces notions.

photographe-equestre-equin-grain-de-pixel-charente-nouvelle-aquitaine

La CFE ou Cotisation Foncière des Entreprises

Ce mot magique c’est une taxe sur votre activité professionnelle et sur vos locaux. En micro local ou pas vous allez devoir y passer. Même si vous déclarez un coin de bureau (je sais c’est pas logique pour ceux qui bossent au domicile de leurs clients). Je vous laisse vous renseigner sur le sujet ici. Mais sachez qu’en dessous d’un CA de moins de 5000 euros vous passerez au travers. Donc là encore on constate qu’en termes de CHARGES SOCIALES on peut éviter de se retrouver sous l’épée de Damoclès quand on travaille que peu ou pas du tout.

Etude de marché et business plan

On a abordé un peu le cheminement de la micro entreprise et ce que ça engendre en termes d’obligations, d’attention sur des points qu’on néglige souvent. Mais avant de se lancer dans l’aventure et filer sur le site pour vous immatriculer avez-vous pensé à réfléchir à votre entreprise d’ici à 5 ans ? Si vous avez pris le temps de démarcher un conseiller à la Chambre des Métiers de votre région, ou encore une association, un cabinet de conseil, un forum entreprise, une couveuse d’entreprises on va vous parler d’étude de marché et de business plan.

C’est quoi ? C’est étudier le marché de la photo (en ce qui vous concerne) sur votre région. Qui fait quoi dans la concurrence, à quels tarifs, quelle est la population visée, quelle activité de photo vous allez faire, quels sont vos revenus, combien vous souhaitez tirer de cette activité, réfléchir à l’avenir et voir son entreprise sur long terme. Les coûts et les dépenses, avez-vous besoin d ‘emprunter, financez-vous le lancement avec vos fonds propres  etc.

Se lancer c’est d’abord voir plus loin que demain. Une entreprise doit pouvoir se projeter sur les 3 voire 5 prochaines années afin de savoir si ça vaut le coup… ou pas. Car je vous l’ai démontré NON se lancer même en  micro entreprise ça un REEL coût. Pas en termes de CHARGES SOCIALES puisque vous ne serez « imposés » que si vous travaillez. Mais le reste des dépenses est lui incompressible.

photographe-professionnel-charente-equitation-cheval-sellier

Comment faire pour créer une micro entreprise ?

Il y a des sites très bien fait et je ne vais pas relancer le sujet vous avez les liens ici. En clair vous allez vous rendre sur le site de l’état : Guichet Entreprise. Remplir le formulaire. On choisit en général photographe (code NAF/APE 7420Z) on rentre tous les champs. Puis votre dossier est traité et vous recevrez votre numéro d’immatriculation à la maison (SIRET). En attendant ce numéro vous pourrez très bien inclure « encours d’immatriculation » sur vos premières factures.

Attention : si vous doutez de ne pas savoir faire, n’êtes pas certain il existe des sites qui proposent contre rétribution de réaliser les démarches pour vous. Certes c’est payant mais vous êtes tranquille. Mon conseil ? Quitte à payer un organisme rapprochez-vous de la Chambre des Métiers

Ensuite une fois cette création réalisée vous recevrez un courrier des impôts pour la création de votre compte professionnel et la déclaration de vos locaux professionnels. Pas moyen d’y échapper vous allez au moins devoir déclarer un coin de bureau.

Pour terminer vous n’avez plus qu’a créer votre compte sur le site https://www.autoentrepreneur.urssaf.fr/portail/accueil.html pour gérer votre entreprise au quotidien dont les déclarations de CA.

Et là vous êtes à jour. Bien entendu après avoir vu l’assureur, le banquier pour les protections et formalités du quotidien…. Mais en termes de démarches on reste sur un modèle très simplifié.

Vous allez recevoir montagne de courriers bidons à la maison dans les semaines qui vont suivre avec des soi-disant obligations fumeuse et réclamant à cor et à cri des sommes astronomiques (annuaire d’entreprise, affichage obligatoire). Lisez bien les petits caractères c’est de la pub déguisée. Mais si vous avez pris conseil auprès d’organismes ils vous auront informé 😉

cheval-liberte-photographe-equestre-professionnel-charente

Alors toujours facile de se lancer ? Toujours gratuit ?

Le tout gratuit ça n’existe pas. On pourra vous vendre sous des formes diverses des formations qui vont vous assurer que vous saurez vous lancer sans que cela ne vous coûte rien. Connerie. C’est un argument marketing : vous ne paierez en effet de charges que si vous faites du chiffre. Mais les charges de votre boite elles vont continuer à frapper au porte-monnaie. Et le formateur lui veut gagner de l’argent donc forcément…

Attention : je n’ai rien contre les coachings, accompagnement et autres consultant payant car ils sont indispensables. C’est juste la manière de séduire qui m’agace. Vendre du rêve ce n’est pas éthique. Référez vous à des formations reconnues par l’état et avec des références solides. Car une fois lancé vous serez très… seul.

Donc se lancer en Micro : top c’est vraiment idéal pour se faire une idée, débuter une activité et ne pas se crasher direct. Mais il faut penser que derrière il faudra répondre aux obligations de la gestion d’entreprise : compta, factures, déclarations en temps et en heure. Et surtout que les premiers clients vont alimenter la trésorerie pour payer les dépenses de fonctionnement comme vu plus haut. Ensuite ça va payer les charges. Puis les impôts si vous gagnez un peu.  Puis enfin il en restera un peu pour vous quand même.

Alors je sais vous kiffez grave ce job, c’est le pied assuré de se lancer « pro » en photo. Mais arrêtez de rêver vous n’allez pas sillonner les routes de France à courir les séances. Trois quart du temps vous ferez de la compta, des devis sans réponse, du relationnel clientèle, de l’information, du post traitement et un peu de photo. Passionné vous garderez votre liberté de faire ça QUAND vous voulez avec surtout QUI vous voulez et COMME vous voulez. Certes vous allez devoir faire comme 98% des passionnés : économiser pour vous acheter du matériel.

Je comprends que la mode est au lâcher prise, à l’envie de liberté et d’autonomie. Je comprends qu’on a besoin de rêver et faire rêver. Mais derrière ce rêve se cache une certaine réalité. Et cette dernière ne doit pas gâcher vos projets. Et si vous réfléchissez et étudiez (pour de vrai) le potentiel de votre future activité d’entrepreneur, en vous entourant des bonnes personnes vous pourrez y arriver. Ce sera dur mais je vous rassure on trouve vite des ressources insoupçonnée pour parvenir à ses fins.

Rassurez vous vous douterez et c’est normal, mais si vous avez bien préparé et chiffré les 5 années à venir vous devriez avoir l’esprit plus tranquille. Un projet bien préparé c’est important pour mettre toutes les chances de votre côté.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.