Franck-simon-et-oreo-chien-photographe equestre-et-animalier-grain-de-pixel

Pour changer un peu et vous partager un bout de mon quotidien je vais réagir sur un sujet qui est récurrent : les réponses  cash du type « c’est trop cher » quand on me demande un devis, un tarif. Des phrases qui me font bondir et je vais essayer de vous expliquer pourquoi et quels sont les motifs de ma colère face à ces arguments fallacieux. Je sais que nombre de mes clients sont très très très loin de ces réponses mais malheureusement j’en vois passer quelques-unes. Mais j’en vois aussi beaucoup passer ailleurs. Je vais donc essayer de rendre ce billet adapté aux photographes en général puis j’aborderais une partie dédiée à ma spécialité le monde hippique et les cavaliers. Donc est ce que le photographe coûte cher aux cavaliers ? Au clients en général ? Vérité ou Mensonge ?

Photographe trop cher : les charges ont un coût

Premier argument qui justifie les tarifs ce sont les charges de l’entreprise. En effet une entreprise coûte de l’argent. Créer, faire vivre une entreprise n’est pas une démarche gracieuse et dénuée de coûts. Il faut pouvoir financer les statuts pour créer l’entreprise, financer les formations, les coûts d’inscriptions ici et là. A ceci on ajoute les charges globales : URSAFF, impôts, Chambre des métiers etc. Pour vous dire même un changement d’adresse est payant !!!

Mais avec ceci il faut aussi compter sur les assurances : la responsabilité civile professionnelle mais aussi la couverture sociale personnelle. Un chef d’entreprise qui tombe malade ou à un accident n’est pas aussi bien couvert et rémunéré qu’un salarié traditionnel. Sans compter que les coûts de l’entreprise restent identiques même si le chef d’entreprise est arrêté. Non les factures ne s’arrêteront pas pour autant. Et les indemnités maladie c’est une vaste blague tout comme le chômage ^_^

Ensuite on va ajouter les frais matériels : un boitier professionnel seul ne suffit pas il faut un boitier en back-up, compter donc rapidement 5000-6000 euros, puis les objectifs à 1000-2000 euros l’unité, le sac, les accessoires. Un artisan menuisier sans outil ne sert à rien. Un photographe est pareil. Ce matériel doit fonctionner par tous temps, toute l’année et si une panne il y a il faut pouvoir disposer de matériel de secours. Le studio requiert du matériel vraiment très très coûteux flash, fond, support de fond, support de flash, modeleurs, sacs de rangement. Vous voyez la liste est longue ! Et là encore ça fait partie des charges.

N’oublions pas les solutions logicielles avec abonnement mensuel/annuel, les solutions de sauvegardes fixes, cloud pour sauvegarder et archiver les photos, les galeries en lignes payante par abonnement, le site internet, la communication (affichages, cartes de visite, flyer), les courriers, le téléphone…

Je passerais le véhicule et son entretien, carburant, assurance etc. Le photographe coûte toujours aussi cher aux cavaliers et aux clients ? Mensonge 😉

Photographe trop cher : la compétence et la créativité ce n’est pas gratuit

Oui contrairement à ce que veux la croyance populaire, reflété entre autre par la génération Instagram et influenceurs oui la photographie est un métier. Non une photo basse définition avec des filtres n’est pas représentative des compétences d’un photographe professionnel. Pour obtenir un support de qualité, une prise de vue réussie à la première prise et non pas au bout de 50 clichés effacés du Smartphone pour publier sur Snapchat il faut des réelles compétences. Mais plus que des compétences il faut avoir un œil. Etre créatif et se renouveler.

Si je devais me contenter d’appuyer sur un bouton et de rendre mes photos telles que l’appareil photo les voit je pense que j’aurais déjà mis la clé sous la porte. Quand un client me mandate pour un travail il faut que je sois en mesure de fournir un travail qualitatif. Sinon ma réputation est fichue, je perds des clients, je ne peux plus payer mes charges, je fais faillite. L’adage dit un professionnel coute cher mais on n’a pas idée à quel point un incompétent peut coûter encore plus.

Le photographe coûte toujours aussi cher aux cavaliers et aux clients ? Mensonge !

Photographe trop cher : le cas des mariés

A voir les recherches de certains clients qui veulent un photographe de mariage (à titre d’exemple) qui ne leur coûtent pas cher et qui soit là de 8h pour l’habillage à 4h la fin du bal le lendemain, payé 200 balles auront forcément (si ils trouvent)un résultat propre à leur recherche. Et encore. Avec un peu de chance ils auront leurs photos un jour (et pas certain), cadrées à en rire, retouchées façon pot de peinture, floues, ratées. Déception c’était mon mariage ! Zut alors ! On peut refaire le mariage pour refaire les photos ? Ah non zut….

Donc si seulement ces mêmes mariés avaient investi 200 balles dans « juste » des photos de couples, séance d’une heure, certes pas de couverture photo église, mairie, maison mais au moins ils auraient eu des photos soignées réalisées par un professionnel. Leur garantissant la livraison en temps et en heure, une sauvegarde des photos, des images qui soient conforme à leurs attentes, un cadrage soigné, une lumière sympa bref un travail créatif et professionnel. A défaut de budget il vaut mieux parfois acheter moins mais mieux. Certes 1h de photo c’est peu pour un mariage mais il faut voir le travail derrière : temps de trajet, temps de sauvegarde, traitement, retouche, livraison, commande de tirages etc ; et ce que les mariés auront au final : des photos qualitatives qui dureront toute une vie.

Moi dans mon milieu j’apporte ma vision d’homme de cheval (et oui à la base je suis cavalier, groom, palefrenier et j’en passe) et mes compétences de photographe. J’allie donc des compétences spécifiques acquises durant une certaine période et qui apportent une réelle maitrise. Je dois donc être créatif, apporter un regard d’homme de cheval, être un bon technicien photo pour apporter une réelle plus-value à mon  client et lui assurer le gage de qualité apporté par mon travail. Et c’est un budget.

Le photographe coûte toujours aussi cher aux cavaliers et aux clients ? Mensonge !

Une séance de couple pour des mariés adorables et conscient du travail réalisé.

Photographe trop cher : les cavaliers

Pour aborder un thème que je maitrise et en venir à mon sujet je vais parler des cavaliers. Je maitrise le public donc je peux facilement en parler et vous en dire un peu. Quand un cavalier me dit je suis trop cher sans prendre de gants, ni mettre les formes j’ai envie de lui lister deux trois petites choses.

Il achète un filet à 400 balles, une selle à 4000, des étriers à 300, des bottes de concours sur mesure à 2000, des tapis, des bandes de toutes les couleurs, 5 paire de guêtres à assortir en fonction de l’humeur, des produits de partout, des engagements à la pelle en concours pour revenir sans rien, des frais de transports en veux-tu en voilà, la bombe dernier cri avec la tenue chic et choc qui fait fureur dans les écuries., la caméra frontale pour filmer ses gamelles sur le terrain de concours…

Je peux aussi lister les 200 kg d’aliments complémentaires pour son cheval  dont la moitié ne sera jamais utilisé car incompatible, les 20 produits révolutionnaires pour la dermite qui finiront au placard, les 50 flacons de produits anti mouches dont les trois quart sont aussi efficace qu’une bougie au citron, le shampoing à la rose, au jasmin, aux fruits, les 60 ports d’onguents soit disant révolutionnaire.

La photo c’est comme la tendance des chevaux pieds nus avec la formation « j’apprends à parer seul comme un grand en 2 jours ». Une bonne partie des fans de cette mode le fait avant tout pour économiser le maréchal ferrant et se retrouve 6 moins plus tard avec un cheval qui a mal aux pieds. D’autres sont assez expert pour le réaliser mais ils ne sont pas légion. Mais on déguise ça sous « je suis pour le naturel ». Bilan ? Une ferrure orthopédique complète avec soins spécifique et parage adapté par un véritable professionnel. Analyse : le coût final est trois fois supérieur à celui qui aurait consisté à faire appel directement à un professionnel  dès le départ. Comme en photo tiens donc !

Ou encore le stage avec le marabout kinesiomagnesio-éthologue du moment (formé à distance avec les vidéos Youtube du conférencier mondial spécialiste du comportement et qui au final est juste un gars très compétent mais  qui a compris que le marketing pouvait lui rapporter très gros). Stage qui coûte horriblement cher mais vous assure que le cheval sera transcendé grâce à la méthode du maitre. Le disciple en question a été formé en trois jours et se targue d’un titre de formation au titre exotique mais qui n’a aucune reconnaissance par l’Etat. Pourquoi s’embêter à faire 5 ans d’étude quand en trois jours on peut être au top… Résultat : l’effet placebo est à fond et le cavalier rentre avec un cheval T-R-A-N-S-F-O-R-M-E ! Mais une fois la paillette retombée on revient au point de départ. S’ensuit alors un stage avec un vrai cavalier professionnel qui en 5 jours apporte des clés pour avancer et résoudre le problème qui se situe en fait non pas sous la selle mais au-dessus…. Coût de l’opération : le double… Oui je suis ironique mais c’est vraiment une tendance dans le monde hippique tout comme en photo.

Le photographe coûte toujours aussi cher aux cavaliers et aux clients ? Encore mensonge.

Concluons ce billet sur les photographes trop cher et les cavaliers

Bref après avoir été très méchant avec la population hippique ou tout du moins très ironique je vais expliquer ce qui m’a amené à être aussi virulent. Les dépenses faramineuses d’un cavalier qui me dit sans prendre de gants « c’est trop cher et j’ai une copine qui fait pareil avec son appareil photo » je dis c’est un argument sans fondement qui dénote clairement un gros manque de culture. Moi aussi j’ai un cheval et je peux lui faire sauter 140 grâce à une copine qui est enseignante et qui sort en club 1, enfin pas officielle mais qui veut faire un BPJEPS. D’où l’écriture d’un tel billet.

Ce que je dirais à tous ceux qui ont un mauvais raisonnement c’est que oui certes vos potes peuvent réaliser des photos incroyables (du moins à vos yeux), oui je réalise des séances gratuites mais ce sont des collaborations pour des projets personnels avec des gens que je choisis. Une séance photo coûte certes mais reste à vie. C’est un souvenir impérissable d’une vie, c’est un souvenir de votre compagnon cheval avec qui vous allez partager des bons moments ou peut-être même une vie entière. Je vous offre un moment de plaisir, de détente avant même de vous offrir des photos. Je vais vous capturer  ensemble, je vais vous montrer tel que vous êtes réellement et sans artifices. Je vais vous voir différemment. Ce que je produis ce n’est pas un travail mais une création unique à chaque fois.

Parce que ce que je gagne est déjà avalé et broyé par les charges et dépenses de fonctionnement. Parce que je m’investis tellement dans mes images, que je ne rentabilise pas le temps que j’y passe. Mon gain final est du niveau du smic et parfois même pas. Ce que je veux que vous reteniez c’est toute la passion que je vais mettre dans mes photos dans un seul but : vous faire plaisir et vous remettre des souvenirs pour toute une vie. Ce que je veux que vous reteniez c’est que l’artisanat est avant tout un ensemble de réalisations tentées, ratées, testées, réussies. C’est un travail de longue haleine, des heures de travail incroyables pour en arriver là. Ce sont des remises en questions permanentes pour être à même de vous proposer des choses incroyables. Artisan c’est savoir remettre son savoir sur le métier, le défaire, recommencer encore et toujours.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.