Photographie canine et équine : le sigma 105 Art 1.4 l’outil à ne pas négliger

J’ai investi dans un sigma art 105 1.4 et pourtant… Le matériel ce n’est pas forcément mon truc de photographe. En effet je ne fais pas partie de ces personnes comme les influenceurs qui ne jurent que par le matos. Enfin on va révéler surtout que sont des articles ou vidéos qui se vendent le mieux d’où la prolifération des chaines YouTube où c’est la délirante débauche orgiaque de tests matos à toutes les sauces avec des photographes qui se la joue labo scientifique et experts en optiques. Je vous rassure ici ça va être très simple : mon retour sera basique mais concret. Le retour d’un photographe qui achète un outil pas un jouet.

105-art-sigma-grain-de-pixel-photographe-animalier-equestre
Un danseur étoile à 4 pattes !

Pourquoi la focale 105 mm en équin et canin ?

La première réponse est la distorsion. Pour ce faire je vous renvoie aux cours de base voire avancée de la photographie. Moi je préfère simplifier en appelant ça la déformation. Quand on utilise une focale en dessous de 80 mm sur les chevaux par exemple et qu’on l’utilise à mauvaise distance on va faire face à la déformation de son sujet. En effet pour un rendu équilibré des volumes du cheval il va falloir adapter la distance avec le sujet si on utilise une focale courte. Le fait d’utilise une focale plus longue va éviter ce genre de souci et vous placer automatiquement à bonne distance. Je ne vais pas faire un cours d’autres personnes plus douées que moi pour enseigner se feront un plaisir de le faire et de meilleure façon. Pour ma part le 105mm correspond à la focale fixe la plus polyvalente parmi les autres : 135, 200, 300 mm par exemple. Ni trop court ni trop long. Et de cette façon adaptée aussi bien aux animaux de compagnie comme le chien, ou aux chevaux. Le 85 est sympa mais je le trouve court pour mon utilisation.

Graaaaaande ouverture : le 105 à 1.4 !

Second point qui a motivé mes choix en dehors de la focale que je juge polyvalente c’est l’ouverture. Un Sigma 105 Art qui ouvre à 1.4 ! Beaucoup jugeront ça énorme, trop même. En effet shooter à 1.4 ce n’est pas une chose facile puisque la moindre erreur de mise au point flingue la photo. La zone de netteté est très très limitée à pleine ouverture. Mais je dis aussi : encore faut-il savoir comment s’en servir. L’avantage de cette ouverture de malade c’est la possibilité de shooter en très basse lumière sans crucifier la plage dynamique en montant les isos à 12800 voire au-delà pour garder une vitesse suffisante. En manège bien sombre j’avoue c’est sympa, ou encore dans des écuries pleines de charme où je veux jouer avec les rayons du soleil. En forêt shooter un chien s’avère bien plus confortable, car vous le savez, la luminosité chute parfois très vite suivant la couverture forestière. Et là les iso grimpent très vite. Certes ce n’est pas un drame car la plage dynamique des appareils récents sont bien plus évoluées, et donc le bruit numérique se voit au final très peu au tirage. Mais avouons c’est toujours plus sympa de ne pas avoir une image qui moutonne super vite et enlève rapidement du détail Encore une fois ce sont des choix, des choix qui ne seront pas systématiques pour tout le monde.

sigma-105-1.4-art-photographie-equine-canine-grain-de-pixel
Oréo, Bouvier Bernois x Border Collie – Sigma 105 1.4 ART à f1.4

Sigma 105 1.4 cherche petits bras musclés

Le 105 Art de chez sigma il est beau. Gros, très gros. Mais pas que. Il est aussi lourd qu’il est énorme et je pèse mes mots. Je suis habitué à shooter au 70-200 toute la journée, je ne suis pas une crevette et pourtant ça pèse. Mais, il y  a un mais il est court. Comparé à un 70-200 qui mesure aussi long qu’un canon de 20 c’est moitié voire trois quart moins. Donc on équilibre facilement l’ensemble avec une main dessous. Mais j’avoue boitier + objo ça pique du nez au vu du poids de la bête ^_^ Mais comme on dit on ne peut pas tout avoir. Par contre c’est quelque chose qui peut vite devenir rédhibitoire selon vos pathologies éventuelles, ou si vous partez en rando etc. Trimballer un parpaing et faire 50 km de sentiers en montagne vous allez le sentir passer…

Un flou de malade pour une gamme Art réputée pour son bokeh

Alors on va de suite couper court aux discours d’opticiens photographes laborantins, spécialistes de l’image de pub ou je ne sais quoi. J’ai beaucoup de respect pour la profondeur de leurs connaissances et l’extrême maitrise qu’ils ont de leurs sujets. Je sais que la gamme art n’a pas les avantages des meilleures optiques au monde, que ce bokeh n’est pas aussi progressif, etc que Zeiss ou certaines anciennes optiques. Je le sais. Mais j’avais besoin d’une belle optique, pas trop cher et surtout réactive. Les optiques au bokeh de fou de malade qui sont trop bien c‘est : rare, cher, et souvent en map manuelle. Donc moi j’assume. Je ne découperais jamais mon image au microscope et mes clients eux seront incapable de voir ou de comprendre la différence réelle. En même temps ils veulent de belles images point c’est tout.

Donc je confirme. Moi qui pourtant suis loin d’être accroc aux tests, aux crop à 500% sur une photo et j’en passe. Cet objectif a un rendu de netteté (attention je n’ai pas parlé de piqué pour ne pas froisser les puristes) assez impressionnant et même à pleine ouverture. Souvent à pleine ouverture les objectifs ne sont pas réputés pour donner leur plein potentiel. On dit souvent qu’ils sont mous. La netteté ou piqué de l’image débute réellement à des ouvertures plus petites. Là j’ai testé la bête en mode touriste, blam pleine ouverture et shoot !

Bon ben pas facile hein ! Tu loupes ta map et le chien bouge, bim photo foirée. Ça ne pardonne pas. A chacun après de jouer avec l’ouverture pour éviter de rester « coincé » dans la pleine ouverture. Par contre l’AF est  réactif, pas un fou de guerre mais très correct rien à signaler pour le moment. Bon je n’ai pas testé sur des scènes hyper dynamiques non plus. Quand la map est bonne ben ça dépote sévère ! Netteté vraiment impressionnante vs un autre objo à pleine ouverture. C’est même chirurgical, peut-être trop. Le flou d’arrière-plan est vraiment incroyable. Certes je sais c’est mieux sur des optiques de marques etc. On va en parler du flou d’arrière-plan justement…

sigma-105-1.4-art-photographie-equine-canine-grain-de-pixel
Oréo, Bouvier Bernois x Border Collie – Sigma 105 1.4 ART à f1.4

Flou, tout est flou ! Arrière-plan tout flou

Le bokeh du sigma 105 1.4 Art est un flou d’arrière-plan à pleine ouverture juste incroyable. Beau oui ou non ça va dépendre du fond, de votre capacité à détacher le sujet du fond bref ça reste de la photographie avec les techniques classiques avant toute chose et pouvoir en tier la quintessence. Collez un sujet au mur et votre bokeh sera bof, écartez le de 3 mètres et vous allez comprendre ce que ça veut dire de devenir flou. Je ne suis pourtant pas un fan des flous trop poussés. J

’avoue la technique du flou de post traitement usé et abusé c’est la mode de partout. Du flou dans tous ses états, à toutes les sauces. C’est une overdose justement. Là où je râle c’est  que les trois quart des photos canines sont faites à plein ouverture pour une partie, mais de l’autre c’est du Post traitement et ça sent le numérique à plein nez. Mais quand on regarde les portfolios c’est hallucinant : ils sont tous pareil. Toutes les mêmes images : flou partout. Donc la mode toussa j’ai compris. Je ne suis pas fan mais je respecte les choix. L’art est subjectif et chacun a son style (ou pas). Moi perso j’aime bien me démarquer et ne pas suivre les modes.

Mais comprenez que ce 105 1.4 permet sur de la photo canine par exemple de vraiment isoler son sujet et le mettre en valeur sur certains cas de figure, en portrait comme en action. Les situations où il va se révéler un outil ultime sont assez nombreuses. Après l’utiliser ne veut pas dire shooter à pleine ouverture de façon systématique. De toute manière vous verrez vite les limites de la technique quand les trois quart du chien seront flou. Ben oui faire une map sur l’oeil et shooter à 1.4 votre sujet vous allez vite comprendre.

Mais sur des arrières plans où vous voulez jouer avec la lumière et obtenir des ronds lumineux et colorés si spécifiques au bokeh vous allez vous éclater. Ou encore faire de la photographie de détail., ou encore faire une photo tout confort en intérieur bien sombre sans aucun apport de lumière. Créativement le sigma 105 1.4 art possède un réel potentiel. Après c’est comme tout outil ça s’apprend et s’utilise de la bonne façon et ça s’adapte à votre style.

sigma-105-1.4-art-photographie-equine-canine-grain-de-pixel
Oréo, Bouvier Bernois x Border Collie – Sigma 105 1.4 ART à f1.4 J’ai voulu cacher le fouillis derrière l’arbre…

Le sigma 105 1.4 art et… son prix

Sachez que je ne suis pas dépensier en matos. Quand je dépense c’est que j’ai :

  • Besoin de ce matériel
  • Que j’ai réfléchi pendant un moment à l’utilité ou non sur long terme
  • Attendu de trouver un prix correct

Et là sur ce cas de figure je suis tombé sur une offre à -60% ! Vu le prix initial j’ai sauté sur l’occase. Même si Nikon a annoncé stopper le développement des reflex pour se consacrer au mirrorless (oui c’est officiel et pas une fake news) je vais le rentabiliser assez longtemps pour en avoir usage. Sans oublier que lors de ma future bascule au ML j’aurais une bague de conversion et je pourrais continuer à l’utiliser.

De plus Sigma propose, certes contre paiement, un changement de monture. Rien n’empêche donc le passage à une autre marque. Et qui sait peut être seront-ils éligibles à la monture Z des Nikon Mirrorless. Allez savoir. Après je ne suis pas un ingénieur capable de dire si c’est techniquement réalisable.

Donc une optique c’est un prix. Forcément des gammes de ce type ça vaut cher. Mais l’équivalent dans la marque c’est le double. Nikon, Canon, Sony font des optiques durables, costaud, fiables, mais bien plus chères. Certes pour mon 70-200 ou mon 24-70 utilisés de façon plus régulière je privilégie la marque.

Pour la durabilité dans le temps, la fiabilité, la construction. Mais là ce 105 ne va pas sortir tous les jours à chaque séance. Pas en reportage mais surtout en séance individuelle ou pour des travaux persos. Donc pour son usage il sera parfait. Et économiquement je ne pouvais pas refuser une offre pareille. Même si je le vends je serais gagnant.

sigma-105-1.4-art-photographie-equine-canine-grain-de-pixel
Focus fait le piqué de l’objectif est juste impressionnant !

Pour conclure avec ce sigma 105 1.4 art pour chiens, pour chevaux, pour humains bref pour photographes

Je suis assez content de cette optique. J’ai longtemps hésité avec le 135 1.8 de la même gamme mais c’est plus long. Pas de beaucoup certes mais plus léger aussi etc. Sur ce coup je voulais tester une longue focale à cette ouverture aussi grande. Une focale polyvalente mais pas trop longue, avec une ouverture qui ferait vraiment la différence. Une focale adaptée aussi bien en intérieur qu’en extérieur. Le 135 dans un environnement maison, studio c’est long. Trop long à mon goût.

Après sur le reste je n’ai pas encore assez de recul pour en tirer des vraies conclusions. Je ne l’ai pas poussé dans es retranchement ou utilisé dans des situations vraiment poussées mais ça va venir. Je vais le tester sur des endroits où je suis déjà passé et où je me suis déjà trouvé en difficulté. Afin de voir si les éléments comme l’ouverture peuvent m’apporter une réelle différence ou confort de prise de vue. Je n’ai aps encore eu la possibilité de le tester sur de la photo équine mais ça ne saurait tarder.

Oui je le recommanderais ; Si vous avez le budget investissez peu mais investissez bien. Une optique ça se garde. Un boitier changera plus souvent que vos optiques. Et même avec un boitier pourri une bonne optique fera la différence. Vous avez du budget allez chez votre marque de éférence Canon / Nikon / Sony /Fuji mais si ce n’est aps le cas ou vous ne trouvez pas : foncez !

Pour ceux qui se posent la question du calage de la map (sigma et tamron sont réputés pour avoir des optiques parfois à la map décalées sortie d’usine et nécessitant un recalibrage) ce 105 1.4 ne m’a demandé aucun micro réglages (pour le moment). Calé parfaitement. A voir dans l’avenir. Je n’ai donc pas encore testé le dock sigma pour régler la mise au point.

C’est un bel outil. Il change pas mal de paramètres et vous obligera à réfléchir, à composer, après à vous de ne pas pour autant sombrer dans la pleine ouverture à toutes les sauces. Forcément vous serez tenté car c’est chouette un beau bokeh mais vous en reviendrez à un moment donné. Sauf si vous souhaitez rester dans la masse. Donc à conseiller vivement pour ceux qui souhaitent découvrir les focales fixes avec du potentiel, et surtout repousser certaines limites en photographie équine et canine.

Franck SIMON

Je suis photographe professionnel spécialisé dans le domaine équestre et animalier de compagnie. Je réalise une très grosse part de mes images en Poitou Charente et Nouvelle Aquitaine à la rencontre de nombreux cavaliers, écuries et élevages. Le cheval est ma passion, ma muse. Je n'ai de cesse de m'émerveiller devant lui et j'essaie de lui rendre hommage au travers de mes photographies. Spécialisé dans la photo d'équitation mais aussi pour les animaux de compagnie : chien, chat, nouveaux animaux de compagnie (NAC). Car pour vous ils sont partie intégrante de la famille et pour moi partie intégrante de ma vie.

A propos

Je suis un photographe passionné. Les chevaux, les animaux me font vibrer au quotidien. Mon but est avant tout de pouvoir faire plaisir et vous faire voyager au travers de mes images. J'aime aussi partager mes connaissances et mes expériences pour aider d'autres personnes à avancer, à progresser. Car pour moi le savoir doit circuler, voyager et être partagé