Vol de photos : photographes il ne faut pas se laisser faire

Bonjour à tous, on va parler aujourd’hui des photographes en général, animalier, équestre mariage , les photographes professionnels comme les photographes amateurs et… du vol de photos. Mais pas le vol de photos par des particuliers, on va parler de vol de photos par des entreprises. Vous allez me dire c’est grave docteur ? Je vais répondre : en effet surtout quand c’est effectué sciemment. Et si ça peut ne pas vous rassurer c’est une pratique courante et pas de la part de petites entreprises bien que ça arrive, non souvent c’est le fait de très grandes marques, entreprises et sans aucun  scrupule.

Photographe : qu’est-ce que le vol de photos par un professionnel ?

Le vol de photo va se qualifier par l’utilisation abusive de l’un de vos visuel voire plusieurs par une entreprise, une marque, un organisme. Cette utilisation abusive consiste à : utiliser à des fins promotionnelles, publicitaires, informelles  vos images au travers des réseaux sociaux, des sites web, des impressions, de l’affichage, catalogue, utilisation au sein des médias papiers, visuels bref les supports possibles sont vraiment très nombreux.

Mais ça existe vraiment les photographes qui se font voler les photos ?

Le vol de photo est  un problème qui malheureusement est constant. Il est dû à une méconnaissance de la législation pour une très faible minorité, mais aussi un abus clairement assumé par les auteurs surtout les équipes de communication. Ceux qui prétendraient le contraire feraient bien de se former au plus vite…. Le problème est que la photo devient pour beaucoup trop de monde un support visuel « gratuit », qui ne coûte rien. On consomme tellement d’images qu’on en oublie que derrière une photo se cache des professionnels dont c’est un métier ( tout comme des passionnés qui sont aussi des créateurs).L’utilisation de ces supports visuels permettent à l’entreprise de promouvoir des produits, faire leur campagne de publicité sans dépenser un centime et rémunérer l’auteur. Forcément la campagne de com coûte bien moins cher dans ce cas de figure. Et comme souvent on vous oppose le fait qu’il n’y a pas de budget pour le photographe dans ces campagnes…

Vol de photo, promesses de visibilité et rouages des réseaux sociaux pour les photographes

Le problème est dû à un gros nombre de photographe à travers le monde qui sont mal informés, mal éduqués. On les a tellement bercé ,et ça continue,  avec des promesses de « visibilité ». On leur propose de publier leurs photos en échange d’un crédit vers leurs pages Instagram, Facebook et j’en passe. Les photographes séduit, professionnels et amateurs ne se rendent pas compte que cette pseudo visibilité ne les fera pas vivre, ne paiera pas les charges de l’entreprise, ne ramènera pas de clients ou très peu.

Et pire, elle va nuire à la profession et rendre sa survie encore plus complexe. Le métier de photographe connait une certaine précarité à cause de ces pratiques déloyales. Sauf que je vous l’apprends peut être : mais le crédit de l’auteur sous une photo est OBLIGATOIRE ! C’est la LOI.

Toute photographie qu’elle qu’elle soit doit être créditée du nom de son auteur. Et ce n’est pas une option. Donc l’échange de visibilité contre crédit c’est du pipeau, une escroquerie en bonne et due forme. Sachez-le. Que vous soyez amateur comme professionnel hein… Mais ça c’est une première étape.

On m’a donné la photo, ou comment un client peut être la source du problème

Beaucoup de marques vont s’insurger en disant « la photo on nous l’a donné ». En effet souvent ce sont vos clients qui donnent les photos que vous avez réalisé pour eux. Mais le client (particulier comme professionnel) ne dispose pas de la possibilité de céder les droits à titre commercial.

Pour le professionnel ça ne fonctionne que si le contrat qui vous lie avec lui stipule la possibilité. Dans le cadre d’une séance pour un particulier vous ne cédez que les droits de diffusion dans un cercle familial. C’est tout. Mais le client n’est pas fautif, il agit selon son envie de bien faire.

La marque elle par contre est en faute : en faute de ne pas avoir informé correctement la personne sur le fait que la photo, si elle a été réalisée par un professionnel, doit obtenir l’autorisation de son auteur pour un usage commercial. A charge ensuite à l’entreprise de se rapprocher du photographe pour lui demander un devis : durée de diffusion, supports de diffusion, etc.

Petit aparté : c’est le photographe qui impose le prix, pas l’entreprise qui impose ses tarifs. Quand je vais à la boulangerie je paye la baguette le prix indiqué. Jamais je ne vais dire à mon boulanger : je propose 1 euro pour la baguette c’est à prendre ou à laisser…

N’intervenez pas vous-même

Trop souvent certains photographes ne disent rien. Ou alors demandent le crédit d’auteur qui je le rappelle encore, est juste OBLIGATOIRE, pas gratuit ou autre : OBLIGATOIRE, d’autres sont fier de voir leurs visuels sur les réseaux d’une grande enseigne et s’imagine ainsi gagner gloire et visibilité. Dans ce cas de figure ça explique aussi pourquoi la tendance à l’utilisation non autorisée des images est devenue aussi problématique.

Et il y a ceux qui vont s’insurger : mail, mise en demeure etc. Mais si vous le faites en direct les trois quart du temps l’entreprise va se contenter de retirer l’image et de vous expliquer que l’affaire est close. N’imaginez même pas qu’elle acceptera vous rétribuer.

Donc vous aurez perdu toute possibilité de vous retourner, pas de preuve officielle ni de constat d’huissier qui est le seul moyen d’officialiser le délit.  Mais entre-temps,  la durée durant laquelle la marque ou l’entreprise aura permis d’impacter les clients au travers de vos photos, cela aura forcément eu un impact positif sur la marque/entreprise qui vous a floué.

C’est tout bénéfice pour eux et pour zéro euros de budget.

Comment réagir dans les règles : Pixtrack

Arrêtez donc de vous faire plumer. Si vous découvrez par quel moyen que ce soit qu’une marque, une entreprise utilise vos visuels sans autorisation sachez qu’il faut suivre une procédure simple pour pouvoir être à même de jouer selon les règles en vigueur.

Ne contactez surtout surtout pas l’entreprise fautive vous-même. Repérez les zones où ont eu lieu le vol des photos. Faites des captures d’écran, photo des affiches, du stand, de tous supports sur lesquels vos photos ont été utilisées. Notez les adresses des site web, des lieux etc. Une fois tous les éléments, avec bien entendu la preuve formelle que la photo est bien la votre, que vous détenez toujours le fichier, RAW avec les informations de prise de vue etc

Contactez PixTrack. Cette société est spécialisée dans les démarches suite à des vols de visuels. Elle va s’occuper d’effectuer les démarches nécessaires pour vous et en respectant la loi. Grâce à eux vous n’aurez pas à intervenir et vous serez dédommagé en fonction du préjudice subi. Bien entendu Pixtrack prend une commission.

Mais ce qui est à souligner c’est que vous n’avez pas besoin de vous creuser la tête avec les arguments à opposer, les démarches, les huissiers, les factures à envoyer etc. Chacun son métier. Vous vous consacrez à la photo et eux à récupérer les sommes dues pour utilisation commerciale non autorisée de vos photos.

Conclusion

Pour conclure sachez que je ne détiens aucune action chez eux, aucun code promotionnel. Je me base juste sur du des constats, des témoignages et surtout une nécessité d’arrêter de prendre les photographes pour des cornes d’abondance. N’y voyons pas un besoin constant de monnayer une prestation mais bien de rappeler que chaque travail mérite salaire.

Un photographe produit des images, une marque ou une entreprise utilise les images pour sa promotion, ses produits et au final en découle une rentabilité. Il n’y a donc pas de raison qu’elle ne consacre pas un minimum de son budget au règlement des droits de diffusion. Et ces droits de diffusion je le rappellent encore : c’est le photographe qui fixe les prix. On n’entre pas chez le boucher en imposant ses prix : on paye le prix affiché…

Bien entendu nombre de vos clients professionnels joueront le jeu et comprennent l’enjeu et l’impact d’obtenir des visuels de qualité pour leurs campagnes. D’autres agiront plus par méconnaissance que par réelle envie de vous négliger. Mais il demeure des équipes qui pensent pouvoir outrepasser vos droits sans vergogne. Il est temps de rappeler que le photographe est un créateur, un artiste, un artisan. Et qu’il ne vivra jamais d’amour et d’eau fraiche. Et donc non le vol de photos n’est pas une pratique qui doit subsister.

Franck SIMON

Je suis photographe professionnel spécialisé dans le domaine équestre et animalier de compagnie. Je réalise une très grosse part de mes images en Poitou Charente et Nouvelle Aquitaine à la rencontre de nombreux cavaliers, écuries et élevages. Le cheval est ma passion, ma muse. Je n'ai de cesse de m'émerveiller devant lui et j'essaie de lui rendre hommage au travers de mes photographies. Spécialisé dans la photo d'équitation mais aussi pour les animaux de compagnie : chien, chat, nouveaux animaux de compagnie (NAC). Car pour vous ils sont partie intégrante de la famille et pour moi partie intégrante de ma vie.

A propos

Je suis un photographe passionné. Les chevaux, les animaux me font vibrer au quotidien. Mon but est avant tout de pouvoir faire plaisir et vous faire voyager au travers de mes images. J'aime aussi partager mes connaissances et mes expériences pour aider d'autres personnes à avancer, à progresser. Car pour moi le savoir doit circuler, voyager et être partagé