Je vais vous raconter l’histoire d’une séance vraiment pas comme les autres. Je ne suis pas très habitué à raconter mes séances. Non pas que ça me dérange mais plus que je doute de l’utilité pour mes lecteurs de comprendre comment je travaille sur chaque séance. Chaque rendez-vous étant différent, ma manière de travailler elle reste malgré tout la même. Par contre cette histoire est un peu différente. Comment en suis-je venu à shooter dans un cloitre ?

Pour la petite histoire

Comme je l’avais déjà expliqué je travaille sur un projet personnel nommé « Traits Poitevins, la force tranquille » avec pour but valoriser au travers de l’image la race de chevaux de traits poitevins. Race qui disparait et qui représente un élément du patrimoine de Poitou Charente. Pour moi c’est intéressant de marier le patrimoine avec le domaine équestre. Une manière de rendre hommage à l’histoire tout en assumant une passion comme le cheval. Ce projet évolue donc au fil du temps. Et comme les idées fusent tout le temps…

Des mariés

Tout commence avec un appel pour des photos de mariage. Un gentil couple adorable voulait des photos de couple. Rien de plus. Juste une séance pour marquer l’évènement et le moment. Bien que le mariage civil fût juste un choix de raison, ils étaient pressés par leurs amis de réaliser ces photos pour conserver des souvenirs inoubliables.

Une séance en Décembre n’est pas forcément signe de soleil et il fallait absolument localiser un endroit couvert. Le lieu de prise de vue ayant changé je me suis retrouvé à La Rochefoucauld. Lieu que je connais assez bien. L’idée de rechercher un endroit couvert m’a naturellement guidé vers le Cloitre du Couvent des Carmes. Un lieu très sympathique et partie intégrante du patrimoine de la ville. Un coup de téléphone à la mairie et hop nous étions assuré d’avoir la liberté de réaliser la séance en ce lieu.

 

Vous avez dit fou ?

Ce cloitre je le connais bien pour avoir participé à un workshop photo sous l’égide d’un ami, Alex de Morière, mais aussi comme lieu de promenade. J’aime le calme, l’architecture de ce lieu hors du commun en pleine ville. Il est assez magique ce lieu et empreint d’histoire. J’étais avec ma chérie occupé à tester mon éclairage, régler quand à un moment je lui ai dit : ce serait sympa de faire rentrer un cheval ici. Ce serait juste magnifique ! Encore mieux un Poitevin ! Lier ainsi le patrimoine. Sur le moment l’idée m’a parue impossible voire complètement loufoque mais après réflexion… Je sais je suis un peu fou, doux dingue dans mes idées mais c’est ça qui me fait avancer.

Mais étais ce une idée réaliste ?En effet l’entrée n’était pas forcément très large, et surtout on ne m’autoriserait jamais à faire rentrer un cheval ici. J’ai donc réalisé ma séance tranquillement. Au moment de traiter les photos, au vu du rendu de la lumière des flashs en ce lieu je me suis dit et si je tentais ma chance ? Aussi sec j’ai envoyé un mail à la mairie, courtois, complet et explicatif. La réponse n’a pas tardé avec un retour extrêmement positif. J’avais bien entendu pris le soin d’expliquer ma démarche et le projet en cours.

 

Baltazar et Laura

Ni une ni deux, contact est pris avec Laura et son cheval Baltazar des Picanais, installés au Domaine des Limousines, un centre de tourisme équestre situé sur la commune d’Ecuras.  Grâce à Laura la séance a pris une dimension encore plus sympa à l’aide d’une magnifique robe réalisé par une couturière, Jolaine Fulgence, qui expose son travail sur son site L’Art Re’Création située sur la commune de Saint Sornin. On ne pouvait faire plus local entre la couturière, la cavalière, le cheval, le cloitre bref… Rendez-vous est donc donné en lien avec nos dispos respectives, la mairie informée du jour et le repérage des lieux par Laura fait. De cette façon on est certain que Baltazar peut passer les portes. Wais en effet ce n’est pas un petit poney qu’on va devoir emmener.

Dans les rues de la Rochefoucauld

Atterrissage sur le parking du champ de foire. Un endroit idéal pour débarquer un cheval de trait ! Mon chariot chargé de tout l’équipement, la valise de Laura avec le matériel et sa belle maman avec nous pour nous assister, le cheval est ok nous voilà parti. Histoire de ne pas se faire remarquer on remonte la rue principale de la Rochefoucauld qui est à sens unique avec tout notre barda et… Baltazar. Je vous assure que pour passer inaperçu il n’y a pas mieux. Mais c’est là tout l’intérêt de la chose et faire susciter de la curiosité et changer le quotidien des gens. C’est aussi ça le côté fun d’une séance pas comme les autres.

Silence on shoote

Et hop à peine arrivé le téléphone sonne, la responsable communication de la ville de la Rochefoucauld veut passer. Pas de soucis, rendez-vous est donné dans une heure. Nous on débute car le temps file entre les doigts. Quelques photos en lumière naturelle mais non le temps et la lumière ne favorisent pas la prise de vue sans apport de flashs. Le matériel est monté, quelques photos de Baltazar réalisée seul. Une robe, une assistante et voilà Laura habillée et à cheval. La véritable séance débute. Petite pause pour l’arrivée de la correspondante de presse avant de continuer. On croise quelques visiteurs abasourdis et surpris de trouver un cheval dans ce lieu. En effet c’est chose rare ! Et je vous assure c’est à sourire de voir leur tête face à Baltazar ^_^

Les difficultés du Cloitre

Travailler avec un cheval dans le cloître pose des difficultés. En effet ce lieu est avant tout plus adapté à des êtres humains seuls et non à un cheval, de surcroît de trait. Le positionnement est complexe pour composer et créer de l’image de différente manière, de différentes poses. Utiliser les perspectives est vite compliqué et limite vite les possibilités mais j’arrive à composer et créer quelques jolies prises de vue. J’avoue que je n’avais pas d’idées déjà prédéfinies dès le départ. Il fallait que je sois en situation pour comprendre et m’adapter avec le lieu. Réaliser une photo avec un humain est tout autre qu’avec un cheval. Les volumes sont complètement différent.

C’est le clap, de fin

Une fois toutes les possibilités évaluées et réalisées il est temps de rester là-dessus. Le froid et les poses fixes sont assez difficiles sur long terme même si Laura ne s’est plaint à aucun moment. Mais je sais ce que ressentent les modèles et il est temps de laisser Baltazar tranquille. Il aura été d’une patience et d’un calme légendaire. Un vrai plaisir. On démonte, on range, on plie et voilà la folle équipe de nouveau dans la rue. A cheval cette fois ci et devant le regard ébahi des passants et des automobilistes. On aura surpris un paquet de promeneurs passé dans le cloître et qui se sont retrouvés face à un gros poilu 😀 Mais c’est ça aussi qui est sympa : montrer autre chose, et surprendre les gens.

Pour conclure

Une séance mémorable, qui a demandé juste du culot. Oser demander. Oser pour avoir une réponse positive. Et oser pour être capable de réussir une séance vraiment sympa.

Remerciement

Un remerciement tout particulier à La Ville de La Rochefoucauld en Angoumois pour avoir accepté ma demande originale ! C’est grâce à l’équipe municipale que j’ai eu l’autorisation de réaliser ce tour. Merci à Laura et Baltazar pour avoir su se rendre disponible. Merci à Nathalie, la maman du chéri de Laura qui aura été d’une assistance précieuse. C’est comme ça que prennent vie des projets : l’entraide, la gentillesse, la générosité.

 

Et les honneurs de la Charente libre 😉

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.