Les rencontres de l’équitation française eurent lieu en octobre 2016 au sein de l’Ecole Nationale Équestre de Saumur, là où siège l’intemporel Cadre Noir, si représentatif du savoir des écuyers français. Ces rencontres avaient pour but d’ouvrir à une équitation nouvelle, faire progresser les mentalités, les idées, les principes vers une équitation plus respectueuses, plus moderne. Du moins selon mon avis personnel.

J’étais parti là bas en compagnie de l’équipe du Cheval Bavard, dans une période où j’avais besoin de m’oxygéner, un peu miné par une vie personnelle assez mouvementée. J’y suis allé dans un but de capter des moments, surprendre, apporter une vision différente. En même temps difficile de ne pas faire différent avec des espagnols, un poney dans ces lieux si habitués à des races plus généralistes, une équitation plus traditionnelle. Nulle critique dans mes propos car en tant que photographe je détiens cette possibilité de conserver un œil sur l’équitation différent.

J’ai la chance de côtoyer des fans de CSO, des dresseurs, des écuyers, le monde du poney, du tourisme, du cheval lourd, de l’équitation western. J’ai donc souhaité publier cette longue galerie qui illustre mon séjour à l’ENE avec le Cheval Bavard. Des rencontres riches pour les cavaliers qui ont eu la possibilité de goûter à la “danse équestre” au travers du savoir de Galienne TONKA WISSER, des démonstrations d’une équitation différentes, d’un poney Welsh Cob, Cui-Cui (Qwinton de Diège) qui a su illustrer le Grand Manège de quelques frasques fabuleuses.

Vous le constatez, ces rencontres ont été pour moi avant tout l’occasion de faire, comme souvent, des images différentes sur un moment surprenant et frais dans une équitation qui semble parfois se figer dans le temps, mais qui cherche aussi à progresser et évoluer. Cette série qui est plus un reportage est aussi un moment spécifique pour moi et qui possède son sens.