Le photographe,

qui suis-je ?

Comment suis je arrivé

à la photographie

Je m’appelle Franck, je suis un passionné de photographie. Je me suis découvert cette passion à la naissance de ma fille, avec petit à petit cette envie d’aller plus loin que la simple photo que l’on prend au quotidien. Je suis passé au reflex avec lequel j’ai longtemps stagné jusqu’au déclic. Déclic qui a eu pour but de faire bondir mon implication et ma progression, ma motivation. J’ai beaucoup lu, testé, pratiqué. J’ai franchi mes étapes doucement car autodidacte.

C’est un domaine difficile qui demande de s’investir, de chercher, de pratiquer pour progresser. Ce n’est pas juste avoir un « appareil qui prend de belles photos » ou encore « juste appuyer sur un bouton » c’est bien plus complexe que cela semble paraitre. Il y a un réel besoin de s’investir dans sa pratique, d’affiner son regard et toujours chercher à s’améliorer. De plus j’ai la chance d’être entouré d’un cercle d’amis passionnés qui m’aident à progresser et m’ouvrent à d’autres pratiques photographiques

Moi

et les chevaux

Les chevaux c’est une grosse partie de ma vie. Une passion qui me suit bien que je l’ai délaissé à un moment pour certaines raisons. Mais elle vous colle au corps. Elle revient toujours, ne vous lâche jamais vraiment. J’ai donc décidé d’allier photo et chevaux. Réunir deux passions en une seule. Je les connais bien, je sais comment ils sont, comment ils réagissent, comment m’adapter à eux.

Ma vie

mes journées, mes nuits

Une partie de ma vie fut consacrée entièrement aux chevaux. Travailler avec eux fut une formidable expérience bien que difficile : manger cheval, dormir cheval, vivre cheval, 24h/24, 7j/7. Je les ai veillés, bichonné, soignés, nourris, pansés chaque jour, chaque nuit durant de nombreuses années en tant que professionnel. La vie a fait que j’ai arrêté cette activité pour autre chose mais au final pour y revenir de façon différente. Avec plus de recul, un esprit plus ouvert. Avant je ne voyais que par les écuries de concours. Désormais je m’ouvre à toutes les activités sans attache, sans œillères

S’ouvrir au monde équestre

en lien avec la photographie

J’apporte mon regard de photographe dans toutes ces écuries, j’accueille avec plaisir les connaissances de tous ces cavaliers issus de toutes les disciplines, de toutes les origines, de toutes philosophies. Le monde équestre est riche d’enseignement, mais parfois complexe à appréhender car chaque groupe pense détenir le savoir idéal. Je me trouve donc confronté à de nombreuses visions différentes et pourtant c’est vraiment enrichissant. Je n’appartiens à aucun groupe, je reste ouvert à tous et respecte leurs choix ce qui me permet de pouvoir m’adapter à tous et d’en tirer des enseignements. Cela ne m’empêche pas de garder mes principes de rigueur, mes attentes et ma vision des choses

Mélange

de naturel et d’artificiel

Mon style ? Je n’en ai pas vraiment, du moins je me cherche encore. Je suis un passionné de lumière bien que cet élément reste un véritable animal sauvage compliqué à approcher, à connaitre, à maitriser. J’ai une passion pour la lumière artificielle et faire rentrer le studio dans les écuries. Une façon de sublimer le cheval sous une approche différente. Je n’ai pas choisi un thème simple à aborder mais j’apprends au gré de mes essais, de mes folies. Parfois c’est sublime parfois bon à jeter. Mais la photographie c’est d’abord pratiquer pour pouvoir mieux maitriser. Le chemin est encore long mais on a tous toujours quelque chose à apprendre tout au long de sa vie.